BFM Patrimoine

Immobilier: la colocation a le vent en poupe

Le projet de loi Alur veut limiter la clause de solidarité dans les colocations.

Le projet de loi Alur veut limiter la clause de solidarité dans les colocations. - -

Le géant de la promotion, Nexity, a décidé de racheter une petite start-up, Weroom.com, spécialisée dans la colocation. Et le projet de loi logement de Cécile Duflot en cours d'adoption donne un cadre juridique à cette pratique qui se développe.

Face aux loyers chers, la colocation est de plus en plus pratiquée en France. D'ailleurs, Nexity, l'un des leaders de la promotion immobilière, vient de racheter 80% du capital d'une petite start-up, Weroom.com, spécialisée dans la mise en relation de colocataires et de propriétaires.

Ce site, qui vient d'être lancé, propose de créer un profil en mettant une annonce, que vous soyez locataire ou propriétaire. Le principe est simple. Vous sélectionnez les annonces qui vous intéressent et discutez. "Une fois que vous êtes sûr de vous, cliquez sur “contacter” pour envoyer un message privé au membre concerné et convenir d’un rendez-vous".

Pour la première fois, une définition juridique de la colocation

Preuve que cette pratique se développe, le projet de loi Alur (Accès au Logement et à un Urbanisme Rénové) de la ministre Cécile Duflot, qui doit être voté définitivement à l'Assemblée nationale le 19 février, lui donne enfin un cadre juridique.

Pour la première fois, la colocation va avoir une définition : "la colocation est définie comme la location d’un même logement par plusieurs locataires, constituant leur résidence principale et formalisée par la conclusion d’un contrat unique ou de plusieurs contrats entre les locataires et le bailleur", explique le texte.

En général, le bailleur choisi le contrat unique pour que les colocataires soient solidaires. Le projet de loi Alur va mettre à disposition des contrats types établis par décret.

Par ailleurs, la future loi prévoit la limitation de la clause de solidarité. Lorsqu’un colocataire quittera le logement, il ne sera plus solidaire du paiement du loyer dès lors qu’il aura été remplacé. S'il n'est pas remplacé, la solidarité prendra fin dans un délai de six mois et non plus à l'expiration du bail.

D. L.