BFM Patrimoine

Colocation: où sont passés les étudiants?

En Angleterre et au Luxembourg, 7 colocataires sur 10 sont des actifs.

En Angleterre et au Luxembourg, 7 colocataires sur 10 sont des actifs. - Frank Perry - AFP

En Europe, les actifs sont globalement plus nombreux à vivre en colocation que les étudiants, notamment en Angleterre et au Luxembourg. La faute à l'envolée des prix des logements, devenus inabordables.

Le profil du colocataire a évolué. En France, les actifs sont désormais plus nombreux que les étudiants à opter pour ce type d'habitat, selon une récente étude du site Appartager.com. En 2017, leur part atteint 46%, dépassant celle des étudiants (40%).

Et à en croire le dernier baromètre de celui qui se présente comme le "premier site de la colocation dans le monde", cette tendance est particulièrement marquée en Angleterre et au Luxembourg, où les actifs représentent près de 70% des utilisateurs de la plateforme, contre 20% d'étudiants. Ces derniers ne sont majoritaires que dans deux pays, parmi les sept passés au crible: l'Italie et la Belgique.

Les raisons d'un tel engouement? "Londres et Luxembourg sont deux places financières d’Europe où sont concentrés d’importants quartiers d’affaires", souligne l'étude. Mais ce n'est pas tout: "Pour beaucoup de salariés, la colocation est devenue un véritable mode de vie, qui séduit de plus en plus, tout en restant une alternative moins onéreuse que de vivre dans un logement seul", précise l'étude.

-
- © Appartager.com

Des économies substantielles

À titre d'exemple, un colocataire luxembourgeois doit débourser en moyenne 758 euros par mois pour se loger, alors que le loyer moyen d'un appartement sur le marché locatif frôle les 1400 euros au Grand-Duché, selon un site spécialisé.

Même constat au Royaume-Uni, où le loyer moyen avoisine les 1100 euros par mois, contre 616 euros pour une colocation. Le logement outre-Manche a atteint un stade de "quasi-rupture", rappelait fin 2016 une note de la banque HSBC. Theresa May elle-même l'a avoué en février. "Que ce soit pour acheter ou louer, le logement est de plus en plus inabordable, particulièrement pour les gens ordinaires des classes populaires", a déclaré la Première ministre.

En France, le prix moyen d'une chambre en colocation est d'environ 450 euros, quand le loyer moyen d'un logement "classique" s'établit à 628 euros charges comprises, d'après une étude de LocService.fr. Ce chiffre cache évidemment de fortes disparités. Ainsi, le loyer charges comprises en Ile-de-France est en moyenne 52% plus élevé qu’en province et la différence atteint même 81% quand on compare la province avec Paris, où il faut débourser 1.029 euros par mois en moyenne pour une location.

Pour bien se rendre compte des différences de loyers existant d'une région à une autre, le site immobilier LocService.fr a indiqué le type de biens et la surface qu'il était possible de louer dans les grandes villes françaises avec un budget mensuel de 628 euros.

Avec cette somme, on peut ainsi se loger dans un appartement deux-pièces de 40 à 50 m² à Marseille, Bordeaux ou Lyon, ou habiter dans un T3 de plus de 60 m² à Nancy ou à Saint-Étienne. En revanche, il faudra se contenter d'un studio à Nice ou à Paris, de respectivement 29 et 16 m².

Julien Mouret