BFM Patrimoine

Alain Dinin (Nexity): la loi Duflot "c'est beaucoup de bruit pour pas grand chose"

Alain Dinin était l'invité de BFM Business ce mercredi 19 février.

Alain Dinin était l'invité de BFM Business ce mercredi 19 février. - -

Le président directeur général de Nexity, était l'invité de BFM Business ce mercredi 19 février. Il a prédit l'inefficacité du projet de loi sur l'accès au logement et à un urbanisme rénové voté définitivement ce mercredi à l'Assemblée.

"Beaucoup de bruit pour pas grand-chose". Alain Dinin, le président directeur général de Nexity et invité de BFM Business ce mercredi 19 février, a ainsi jugé le projet de loi Alur (Accès au logement et à un urbanisme rénové). Ce texte de Cécile Duflot passe ce mercredi à l'Assemblée et demain au Sénat pour un vote définitif.

Pour Alain Dinin, si le marché est bloqué, c'est à cause des prix. Il suffirait de faire baisser le nombre de normes : "il y en a 3.700 aujourd'hui". Ou alors que les collectivités arrêtent de spéculer sur les prix des logements. " En Ile-de-France, 55% du prix du logement dépend de la collectivité dont 20% de la TVA et 35% de prix du terrain".

Selon lui, l'état du marché en 2014 devrait être le même qu'en 2013. "L'offre et la demande sont déséquilibrés. Nous ne produisons pas assez de logements. Le président en veut 500.000 par an, nous en sommes à moins de 300.000". Et il précise qu'entre l'instabilité fiscale et les incertitudes engendrées par ce projet de loi Duflot, "pas assez de permis de construire ont été déposés". Donc la construction de logements neufs cette année devrait encore être insuffisante.

D'ailleurs, le PDG de Nexity rappelle un chiffre alarmant : la production de logements résidentiels est au même niveau qu'en 1992, pourtant il y a 10 millions de personnes en plus en France.

Garantie des loyers édulcorée

Si le projet de loi Alur ne relance pas la construction, plusieurs dispositifs sont quand même attendus. La garantie universelle des loyers (GUL) constitue l'une des mesures phares. Elle a été toutefois profondément revue et corrigée après la levée de boucliers des professionnels de l'immobilier et des assureurs.

Créée à compter de début 2016 pour rassurer les propriétaires mais aussi tenter de limiter les expulsions en traitant plus tôt les impayés, elle sera toujours publique et gratuite mais elle ne sera plus obligatoire, puisque le bailleur pourra lui préférer une caution pesronnelle.

Autre disposition clef, l'encadrement des loyers dans les zones tendues, où la demande excède largement l'offre de logements, n'a été que légèrement retouché depuis le début de l'examen parlementaire. Dans les grandes villes comme Paris, le ministère espère lancer l'encadrement des loyers dès la rentrée 2014.

Diane Lacaze