BFM Patrimoine

6 Français sur 10 dépassent leur découvert autorisé au moins une fois par an

23% des Français sont en dépassement de découvert autorisé au
moins une fois par mois

23% des Français sont en dépassement de découvert autorisé au moins une fois par mois - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Les frais liés au dépassement de découvert ont augmenté sur les trois dernières années et devraient s’établir en 2017 à 60,2 euros en moyenne par an.

Si les Français sont les champions de l'épargne, cela ne les empêche pas d'être souvent dans le rouge. Comme le relève une étude du comparateur de banques Panorabanques.com, 60% des Français dépassent leur découvert autorisé au moins une fois par an, dont 23% au moins une fois par mois. Les femmes sont les plus touchées par ce phénomène puisqu'elles sont près d'une sur quatre à le dépasser au moins une fois par mois, contre moins d'un homme sur cinq.

Les petits salaires sont également ceux qui franchissent le plus la ligne rouge. En effet, les personnes qui gagnent moins de 1500 euros par mois sont 63% à dépasser leur découvert autorisé au moins une fois par an, soit 12 points de plus que les Français dont les revenus dépassent les 3000 euros. Si ces chiffres peuvent paraître élevés, ils sont tout de même en diminution sur les cinq dernières années. En effet, de 2013 à 2017, ceux qui sont en dépassement de découvert chaque mois ont reculé de 5 points (ils étaient 28% en 2013). 

Les frais en hausse depuis trois ans

Utilisé fréquemment par les Français, le découvert bancaire a toutefois un coût très élevé. En moyenne, les frais liés au dépassement de découvert seront supérieurs à 60 euros par personne et par an en 2017. Car, en plus du taux souvent très élevé (entre 7% et 16% selon les banques), dans la mesure où cette opération s'apparente en réalité à un crédit de votre établissement bancaire, il faut souvent rajouter des commissions d'intervention, qui sont plafonnées à 8 euros par opération.

"Pour limiter les coûts liés au dépassement de découvert autorisé, il faut établir un dialogue avec sa banque. Pensez aussi à la comparer avec les autres banques car elles ont toutes des pratiques différentes tant en ce qui concerne l’autorisation de découvert que les taux appliqués ou les commissions d’intervention", conseille Guillaume Clavel, Président de Panorabanques.com. 

S.B.