En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Attentat de Nice: une policière mise sous pression par le ministère de l'Intérieur?

Mis à jour le
Des policiers municipaux niçois assistent à une cérémonie en l'honneur des services de sécurité, en juin 2011
 

Selon une policière municipale en charge d'écrire un rapport sur le dispositif de sécurité installé le soir de l'attentat de Nice, le ministère de l'Intérieur lui aurait fait subir des pressions, révèle le JDD. Le but? Rédiger deux versions du rapport.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • FenrisWolf
    FenrisWolf     

    Encore combien de morts pour que ces incapables remettent leurs démissions
    <<Nice: une policière municipale dit avoir reçu des pressions de l'Intérieur>>
    Incapables, menteurs, soustraction de preuves et maintenant manipulation de témoins
    D E M I S S I O N

    bergheim
    bergheim      (réponse à FenrisWolf)

    la policière oui

  • FenrisWolf
    FenrisWolf     

    Encore combien de morts pour que ces incapables remettent leurs démissions
    <<Nice: une policière municipale dit avoir reçu des pressions de l'Intérieur>>
    Incapables, menteurs, soustraction de preuves et maintenant manipulation de témoins
    D E M I S S I O N

    bergheim
    bergheim      (réponse à FenrisWolf)

    la policière oui

  • sonntag67
    sonntag67     

    Contrairement à ce que Madame Bertin affirme, ce n'est donc en aucun cas "le cabinet du ministre de l'Intérieur qui a envoyé un commissaire au CSU" ou qui aurait eu des échanges avec elle

    le procureur de la République de Paris, François Molins, a bien précisé que c'est sous sa "seule autorité et pour les besoins de l'enquête en cours que le 15 juillet, deux brigadiers chefs ont été envoyés au CSU de Nice".

    donc Sandra Bertin radotte, affabule ....comment fera-t-elle pour s'en sortir ?

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Ne pas céder à la pression politique,que la municipalité publie les images,pour éviter tout propos polémique.

  • papou5201
    papou5201     

    Ils ne savent plus comment se sortir de cette impasse !!!!!

  • Didier37700
    Didier37700     

    je suis a fond derriére cette policiére courage a elle !!!

  • dbernard
    dbernard     

    Un gouvernement de menteurs
    On serait aux usa, ils seraient dans un tribunal et virés du gouvernement !

  • ViveLe Roy
    ViveLe Roy     

    Si cette affaire est confirmée, elle relève de "Faux et usage de faux" "Tentative de subornation de témoin et subornation de témoin" et de la "haute trahison" et "émission d'un ordre illégal". Ça va bien chercher dans les 4 ans comme chef de cabinet ça ...

  • sisco44
    sisco44     

    Nous verrons bien comment les choses se passeront par la suite car, dans ce cas et j'en mets ma main à couper, l'état ne sera jamais visé pour la simple et bonne raison qu'il revient de droit au maire de Nice d'assurer la sécurité de sa ville et d'être conscient des positionnements de chaque policier. Je trouve Monsieur ESTROSI bien culotté de se présenter comme partie civile à l'enquête en cours alors qu'il y a un système de vidéo surveillance important qui lui permet de réprimander à tout moment les positionnements imposés des forces de l'ordre, qu'ils soient imprécis ou non effectifs. Au jour où la justice donne raison à Monsieur ESTROSI vis-à-vis de ses attaques contre l'état, cela fera jurisprudence et par la suite, chaque commune sera susceptible d'attaque l'état pour le même motif! Qui plus est, il y avait environ 200 personnes pour assurer la sécurité du 14 juillet, un nombre suffisant pour dispatcher et positionner convenablement les forces de l'ordre ! Mais je suis surpris de rien aujourd'hui ! Je fais de la sécurité depuis plus de 20 ans et dans de très nombreuses manifestations, les erreurs de positionnements des forces de l'ordre sont pléthores. On voit très souvent les policiers, peut-être sous l'effet festif/joyeux des manifestations, ne plus avoir de pensées, de réactions ou d'actions pro-actives rendant ainsi leur positionnement concentrés dans des véhicules de fonctions et lorsqu'ils sont en place, on voit des attroupements de policiers au lieu de se diviser en plusieurs groupes afin d'abaisser les risques potentiels.
    Il faut toujours des attentats pour que l'on puisse penser la sécurité au lieu de s'imposer une rigueur, une discipline pour combattre le mal. Malheureusement, le laxisme a encore de beaux jours devant lui !

  • ELIAS
    ELIAS     

    La honte !

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire