En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
is daesh etat islamique
 

Des centaines de livres, manuscrits et œuvres antiques ont été sortis des bibliothèques et musées de Mossoul, en Irak, puis détruits par l'organisation de l'Etat islamique (Daech). Certains documents étaient âgés de 7.000 ans.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

34 opinions
  • logic
    logic     

    Ils ont raison puisque les pays occidentaux laissent faire ... alors qu'il ne faudrait que quelques jours si tout le monde s('y met

  • olivier5clisson
    olivier5clisson     

    C'est un acte de destruction irréparable dont les télé parlent trop peu : en détruisant sa mémoire, on détruit une nation, mais aussi les citoyens !
    Ces actes montrent encore plus que tout le degré de barbarie absolue atteint par les djihadistes : eh oui, en Europe Hitler a commencé comme ça : en brulant des livres et persécutant des citoyens ordinaires

    al Azar
    al Azar      (réponse à olivier5clisson)

    Autodestruction et suicide culturel !

  • ornicar
    ornicar     

    barbares

  • ornicar
    ornicar     

    VOICI LA DEFINITION D’UN ETAT FONDE PAR DES GENS NORMAUX

    L’État1 possède une double signification2 : l'organisation politique et juridique d'un territoire délimité, ce que la première édition du dictionnaire de l’Académie française de 16962 appelle l'État en tant que « gouvernement d’un peuple vivant sous la domination d’un prince ou en république », ou bien le pays lui-même, c'est-à-dire l'État entendu « pour le pays même qui est sous une telle domination ». En droit international, un État souverain est vu comme délimité par des frontières territoriales établies, à l'intérieur desquelles ses lois s'appliquent à une population permanente, et comme constitué d’institutions par lesquelles il exerce une autorité et un pouvoir effectif. La légitimité de cette autorité devant en principe reposer – au moins pour les États se disant démocratiques – sur la souveraineté du peuple ou de la nation.
    La nation quant à elle ne se confond pas non plus avec l’État sauf dans le modèle de l’État-nation. Si l'État se distingue du gouvernement car la notion inclut toute une dimension administrative et juridique, il arrive que sur le continent européen, l'influence de la pensée de Hegel fasse que l'on parle d'État là où le mot gouvernement serait plus exact3.

  • danbas84
    danbas84     

    N'est ce pas ainsi, en brulant les livres, que le nazisme c'est implanté ?

    Plébéien
    Plébéien      (réponse à danbas84)

    Oui s'est certain

  • TUONO
    TUONO     

    Il faut leur pardonner c'est la peur de l'inconnu.

    al Azar
    al Azar      (réponse à TUONO)

    sauf pour l' islam !
    "Vous êtes la meilleure civilisation (communauté) qu'Allah ait fait surgir parmi les hommes" Sourate 3, verset 110 !!!
    Mais chutttt......
    Si un occidental disait ça (comme Berlusconi l'avait fait sans vergogne) haro sur le pauvre !
    Et pourtant ce livre discriminatoire s'appelle le coran. Il est cependant en vente libre ! Et nul ne proteste.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Et alors ?
    Toutes les civilisations se valent ou bien ?

    al Azar
    al Azar      (réponse à HeyBaal)

    sauf pour l' islam !
    "Vous êtes la meilleure civilisation (communauté) qu'Allah ait fait surgir parmi les hommes" Sourate 3, verset 110 !!!
    Mais chutttt......
    Si un occidental disait ça (comme Berlusconi l'avait fait sans vergogne) haro sur le pauvre !
    Et pourtant ce livre discriminatoire s'appelle le coran. Il est cependant en vente libre ! Et nul ne proteste.

    al Azar
    al Azar      (réponse à HeyBaal)

    sauf pour l' islam !
    "Vous êtes la meilleure civilisation (communauté) qu'Allah ait fait surgir parmi les hommes" Sourate 3, verset 110 !!!
    Mais chutttt......
    Si un occidental disait ça (comme Berlusconi l'avait fait sans vergogne) haro sur le pauvre !
    Et pourtant ce livre discriminatoire s'appelle le coran. Il est cependant en vente libre ! Et nul ne proteste.

  • al Azar
    al Azar     

    A qui la faute ?



    Tu viens d'incendier la Bibliothèque ?

    - Oui.
    J'ai mis le feu là.

    - Mais c'est un crime inouï !
    Crime commis par toi contre toi-même, infâme !
    Mais tu viens de tuer le rayon de ton âme !
    C'est ton propre flambeau que tu viens de souffler !
    Ce que ta rage impie et folle ose brûler,
    C'est ton bien, ton trésor, ta dot, ton héritage
    Le livre, hostile au maître, est à ton avantage.
    Le livre a toujours pris fait et cause pour toi.
    Une bibliothèque est un acte de foi
    Des générations ténébreuses encore
    Qui rendent dans la nuit témoignage à l'aurore.
    Quoi ! dans ce vénérable amas des vérités,
    Dans ces chefs-d’œuvre pleins de foudre et de clartés,
    Dans ce tombeau des temps devenu répertoire,
    Dans les siècles, dans l'homme antique, dans l'histoire,
    Dans le passé, leçon qu'épelle l'avenir,
    Dans ce qui commença pour ne jamais finir,
    Dans les poètes ! quoi, dans ce gouffre des bibles,
    Dans le divin monceau des Eschyles terribles,
    Des Homères, des Jobs, debout sur l'horizon,
    Dans Molière, Voltaire et Kant, dans la raison,
    Tu jettes, misérable, une torche enflammée !
    De tout l'esprit humain tu fais de la fumée !
    As-tu donc oublié que ton libérateur,
    C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur ;
    Il luit ; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
    Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine ;
    Il parle, plus d'esclave et plus de paria.
    Ouvre un livre, Platon, Milton, Beccaria ;
    Lis ces prophètes, Dante, ou Shakespeare, ou Corneille
    L'âme immense qu'ils ont en eux, en toi s'éveille ;
    Ébloui, tu te sens le même homme qu'eux tous ;
    Tu deviens en lisant grave, pensif et doux ;
    Tu sens dans ton esprit tous ces grands hommes croître,
    Ils t'enseignent ainsi que l'aube éclaire un cloître
    À mesure qu'il plonge en ton cœur plus avant,
    Leur chaud rayon t'apaise et te fait plus vivant ;
    Ton âme interrogée est prête à leur répondre ;
    Tu te reconnais bon, puis meilleur ; tu sens fondre,
    Comme la neige au feu, ton orgueil, tes fureurs,
    Le mal, les préjugés, les rois, les empereurs !
    Car la science en l'homme arrive la première.
    Puis vient la liberté. Toute cette lumière,
    C'est à toi comprends donc, et c'est toi qui l'éteins !
    Les buts rêvés par toi sont par le livre atteints.
    Le livre en ta pensée entre, il défait en elle
    Les liens que l'erreur à la vérité mêle,
    Car toute conscience est un nœud gordien.
    Il est ton médecin, ton guide, ton gardien.
    Ta haine, il la guérit ; ta démence, il te l'ôte.
    Voilà ce que tu perds, hélas, et par ta faute !
    Le livre est ta richesse à toi ! c'est le savoir,
    Le droit, la vérité, la vertu, le devoir,
    Le progrès, la raison dissipant tout délire.
    Et tu détruis cela, toi !

    - Je ne sais pas lire.

    VICTOR HUGO

  • al Azar
    al Azar     

    A qui la faute ?



    Tu viens d'incendier la Bibliothèque ?

    - Oui.
    J'ai mis le feu là.

    - Mais c'est un crime inouï !
    Crime commis par toi contre toi-même, infâme !
    Mais tu viens de tuer le rayon de ton âme !
    C'est ton propre flambeau que tu viens de souffler !
    Ce que ta rage impie et folle ose brûler,
    C'est ton bien, ton trésor, ta dot, ton héritage
    Le livre, hostile au maître, est à ton avantage.
    Le livre a toujours pris fait et cause pour toi.
    Une bibliothèque est un acte de foi
    Des générations ténébreuses encore
    Qui rendent dans la nuit témoignage à l'aurore.
    Quoi ! dans ce vénérable amas des vérités,
    Dans ces chefs-d’œuvre pleins de foudre et de clartés,
    Dans ce tombeau des temps devenu répertoire,
    Dans les siècles, dans l'homme antique, dans l'histoire,
    Dans le passé, leçon qu'épelle l'avenir,
    Dans ce qui commença pour ne jamais finir,
    Dans les poètes ! quoi, dans ce gouffre des bibles,
    Dans le divin monceau des Eschyles terribles,
    Des Homères, des Jobs, debout sur l'horizon,
    Dans Molière, Voltaire et Kant, dans la raison,
    Tu jettes, misérable, une torche enflammée !
    De tout l'esprit humain tu fais de la fumée !
    As-tu donc oublié que ton libérateur,
    C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur ;
    Il luit ; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
    Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine ;
    Il parle, plus d'esclave et plus de paria.
    Ouvre un livre, Platon, Milton, Beccaria ;
    Lis ces prophètes, Dante, ou Shakespeare, ou Corneille
    L'âme immense qu'ils ont en eux, en toi s'éveille ;
    Ébloui, tu te sens le même homme qu'eux tous ;
    Tu deviens en lisant grave, pensif et doux ;
    Tu sens dans ton esprit tous ces grands hommes croître,
    Ils t'enseignent ainsi que l'aube éclaire un cloître
    À mesure qu'il plonge en ton cœur plus avant,
    Leur chaud rayon t'apaise et te fait plus vivant ;
    Ton âme interrogée est prête à leur répondre ;
    Tu te reconnais bon, puis meilleur ; tu sens fondre,
    Comme la neige au feu, ton orgueil, tes fureurs,
    Le mal, les préjugés, les rois, les empereurs !
    Car la science en l'homme arrive la première.
    Puis vient la liberté. Toute cette lumière,
    C'est à toi comprends donc, et c'est toi qui l'éteins !
    Les buts rêvés par toi sont par le livre atteints.
    Le livre en ta pensée entre, il défait en elle
    Les liens que l'erreur à la vérité mêle,
    Car toute conscience est un nœud gordien.
    Il est ton médecin, ton guide, ton gardien.
    Ta haine, il la guérit ; ta démence, il te l'ôte.
    Voilà ce que tu perds, hélas, et par ta faute !
    Le livre est ta richesse à toi ! c'est le savoir,
    Le droit, la vérité, la vertu, le devoir,
    Le progrès, la raison dissipant tout délire.
    Et tu détruis cela, toi !

    - Je ne sais pas lire.

    Victor Hugo

  • BLACKJAK
    BLACKJAK     

    L'espoir pour le pays et le peuple français c'est Marine ! Car la décrédibilisation de la classe politique en général et de la prestation des "ténors" des partis "majoritaires" en particulier est complète. L'UMPS applique le manuel du bon petit libéral bruxellois en appliquant une politique qui a échoué partout en Europe et n'a fait qu’accroitre aussi bien les inégalités que la misère, le chômage, la précarité, sauf pour les plus riches bien sur qui se frottent les mains goguenards. Et oui bizarrement il y a de plus en plus de pauvres et de précaires, de gens qui ont de plus en plus de mal à se loger, se chauffer, se vêtir, se nourrir, se soigner, mais tout aussi bizarrement les riches sont de plus en plus riches... ÉTRANGE N'EST-CE PAS ? L'UMPS (et ses homologues dans les pays de l'UE sous la gouvernance illégitime de la commission européenne) nous (nous la France, nous l'Europe et nous une grande parti du monde) envoies dans le mur depuis 40 ans.
    Un UMPS au service d'une l'oligarchie politique, médiatique, économique, patronale et financière qui, eux, ont réellement le pouvoir. Le peuple a perdu la main depuis que la France a perdu sa souveraineté petit à petit, phénomène qui s'est accentué de plus en plus.
    Aujourd'hui nous ne contrôlons plus notre législation, nous ne contrôlons plus notre monnaie, nous ne pouvons plus contrôler ou décider sur le plan économique, nous ne contrôlons plus le social, nous ne contrôlons plus nos frontières, nous ne contrôlons plus l'immigration, nous ne faisons plus respecter la loi française sur l'ensemble de notre territoire, nous ne contrôlons plus notre politique étrangère calqué sur celle de l'OTAN, nous ne contrôlons plus nos finances publiques...etc. Même le résultat des référendums des français, seul et unique souverain d'après la Constitution, est foulé aux pieds !
    Voilà par qui et quel est le constat de la politique menée. Et plus la France va vaciller, plus la France va s’effondrer, et de moins de moins de gens se laisseront convaincre par les médias qui leurs sont obligés ou qui leurs servent de relais d'une manière ou d'une autre. Cela ne se résume plus au choix de la droite ou de la gauche mais au choix de chaque français, quelque soit ses opinions ou ses positions politiques, de faire le choix de la France et de la reconquête de sa souveraineté, seul levier possible pour pouvoir réformer notre pays enfin dans les intérêts du peuple et du pays.

    Rendez-vous en 2017 pour faire triompher la France !

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à BLACKJAK)

    C'est quoi le rapport, si ce n'est ce besoin compulsif de faire des copier coller de blabla pour combler un manque flagrant de fond ?

Lire la suite des opinions (34)

Votre réponse
Postez un commentaire