BFM Business

Coupure internet Orange en Île-de-France: vers un retour à la normale "jeudi soir au plus tard"

Dix câbles d'Orange ont été sectionnés à Vitry-sur-Seine.

Dix câbles d'Orange ont été sectionnés à Vitry-sur-Seine. - Orange

Des câbles d'Orange ont été sectionnés ce mardi dans une zone industrielle de Vitry-sur-Seine. La police judiciaire du département a été saisie. Des dizaines de milliers de clients de l'opérateur sont dans l'attente de retrouver leur connexion Internet fixe et mobile.

Il suffit qu'une dizaine de câbles soient coupés pour que des milliers de clients d'un opérateur se trouvent privés d'Internet. En cette fin de confinement, un incident survenu dans le Val-de-Marne est venu fortement perturber l'accès Internet fixe et mobile de clients d'Orange.

Dix câbles de cuivre souterrains ont été sectionnés dans une zone industrielle de Vitry-sur-Seine ce mardi, a appris BFMTV de sources concordantes. Des "dizaines de milliers" de clients de l'opérateur, dans le Val-de-Marne mais aussi une partie du Sud-Est de Paris, se sont trouvés dépourvus d'Internet fixe et mobile.

Un retour à la normale ce jeudi

L'opérateur, après avoir constaté les dégâts, a dépêché des techniciens sur place, afin de procéder aux réparations nécessaires. "Le service a été rétabli pour nos clients prioritaires, dont certains sites sensibles", fait savoir Orange auprès de BFM Tech. "Le retour à la normale est prévu pour l'ensemble des clients d'ici jeudi soir au plus tard".

Saisie, la police judiciaire du Val-de-Marne privilégie la piste d'un sectionnement de ces dix câbles à la disqueuse, par un seul individu. L'enquête reste encore en cours. "Le motif de ces dégradations reste pour l'heure inconnu", complète Orange. "Il peut aussi bien s'agir d'une volonté de récupérer du cuivre - pour tomber finalement sur de la fibre -, que d'un pur acte de vandalisme, pour couper du câble et pénaliser des gens alentour".

Depuis le début du confinement, plusieurs coupures de réseau occasionnées par des actes de vandalisme sont à déplorer. D'après Le Parisien, de tels incidents sont survenus à Argenteuil (Val-d'Oise) ou à Massy et Wissous (Essonne), au début du mois d'avril. En tout, 27 faits de dégradations à l'encontre d'antennes relais ou d'infrastructures télécom ont été recensées par les services de renseignement territorial entre fin mars et début mai.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech