BFM Immo

Immobilier : Les prix résistent, encore et toujours !

Paris continue de jouer à l'Arlésienne pour ce qui est de la baisse des prix

Paris continue de jouer à l'Arlésienne pour ce qui est de la baisse des prix - dr

Bien que le nombre de transactions soit en baisse, les prix de l’immobilier en France font preuve d’une « résistance inattendue », en très légère baisse de 0,3 % au deuxième trimestre selon la dernière note de conjoncture des Notaires-Insee. La capitale pourrait quant à elle atteindre un nouveau record de prix à la rentrée…

On reste loin de la chute anticipée. Appartements comme maisons auront vu leurs prix se contracter très légèrement entre le premier et le deuxième trimestre, de 0,3 % en moyenne sur toute la France, en données provisoires corrigées de variations saisonnières. Le « scénario noir » envisagé un temps par les Notaires n’est pas pour tout de suite, même si ces résultats sont quelque peu « contrastés ».

Ainsi, en Ile-de-France, les tarifs de la pierre ancienne ont fait quasiment du sur-place : les notaires n’enregistrent qu’un repli de 0,1 % pour les logements anciens au deuxième trimestre. En province, le mouvement est légèrement plus marqué : « -0,4 % pour les appartements et -0,3 % pour les maisons », indique la note. Sur un an, les prix des appartements ont augmenté de 1,1 % pour les prix des appartements, tandis que ceux des maisons se sont contractés de 0,9 %.

Nouveau record à prévoir à Paris

Paris continue à déformer le marché : une nouvelle hausse des prix devrait être enregistrée en septembre, à l’aune des renseignements que laissent voir les avant-contrats de vente. En vertu de ces indicateurs avancés, les prix devraient atteindre les 8 570 euros le mètre carré à Paris ce mois-ci : « On va avoir un nouveau record à Paris », lâche Me Thierry Delesalle, Président de la Commission de conjoncture immobilière des Notaires de Paris-Ile-de-France.

Des sommets seront atteints, avant de retomber en octobre autour de 8 530€ le mètre. Ce que nous confirmera ou non la prochaine analyse notariale, attendue pour la fin novembre. Mais « au-delà de ces légères fluctuations, il faut retenir que les prix sont désormais stabilisés dans la capitale », estiment les officiers ministériels.

Des ventes plombées

Le marché n'est pas en bonne forme, loin s'en faut. Côté ventes, c’est « le coup de frein ». Le deuxième trimestre s’est soldé par la vente de 34 800 logements « neuf et ancien confondus, soit une baisse de 21% par rapport au 2ème trimestre 2011 qui se situait déjà en deçà de la moyenne constatée sur le marché en période dynamique », précisent les notaires. Le marché reste plombé par « l’attentisme » : les acquéreurs sont plus sélectifs si « les biens ne sont pas mis en vente au bon prix. »

Pour retrouver les prix de l'immobilier en France au m², ville par ville : cliquez ici.

Léo Monégier