BFM Immo

Les confinements à répétition font baisser les loyers des studios à Paris

Les loyers des studios ont baissé

Les loyers des studios ont baissé - Joel Saget - AFP

Dans la capitale, la demande des étudiants pour des studios a baissé, tandis que l'offre pour ce type de logement augmentait. Les loyers ont donc reculé.

Les loyers des studios dans la capitale baissent depuis le début de l'année. C'est ce qui ressort d'une étude publiée ce lundi par LocService, spécialiste de la location en ligne entre particuliers. Mi-mars, les loyers parisiens ressortaient ainsi en moyenne à 864 euros, soit un recul de 1,93% par rapport à janvier où ils s'affichaient à 881 euros en moyenne.

Ce repli concerne tous les arrondissements de la capitale. Mais la baisse est plus marquée dans certains quartiers que dans d'autres. Les arrondissements les plus touchés par ce repli sont logiquement les plus touristiques, ceux qui comptaient le plus de logements Airbnb avant la crise. Ainsi, dans le 2ème arrondissement, le recul est de 4,77% entre janvier et mars, dans le 3ème de 5,24%, dans le 6ème de 4,49% ou encore dans le 7ème de 4,04%. A l'inverse, dans certains arrondissements la baisse est peu marquée. Ce sont essentiellement les arrondissements les moins chers de la capitale, à savoir le 19ème arrondissement avec une baisse de 0,48% ou encore le 20ème avec un repli de 0,12%.

>> Estimez le prix de votre bien immobilier avec notre simulateur gratuit

>> Cliquez ici si le tableau ne s'affiche pas correctement.

Des loyers en légère hausse dans le reste de l'Ile-de-France

Dans un article du Figaro, Richard Horbette, fondateur de LocService, explique que le confinement est bien la raison de cette baisse inédite des loyers, et non pas l'encadrement des loyers. En effet, tout d'abord, beaucoup d'étudiants parisiens ont résilié leur bail pour retourner chez leurs parents et étudier à distance. De plus, le confinement a fait revenir sur le marché longue durée des biens qui étaient jusque-là loués sur des plateformes de location saisonnière comme Airbnb ou Abritel.

Résultat, la tension locative a baissé dans la capitale. Jusqu'alors, pour un bien, un propriétaire recevait trois demandes en début d'année, il n'en reçoit plus que deux aujourd'hui.

Dans les principales villes d'Ile-de-France, la situation est contrastée mais en moyenne les loyers des studios ont légèrement augmenté. Ils sont passé de 766 euros en janvier à 771 euros en mars, soit une progression de 5 euros. Les loyers reculent tout de même à Orsay (-0,78%), à Créteil (-1,65%), à Versailles (-0,82%), à Nanterre (-0,26%) et à Boulogne-Billancourt (-1,83%).

>> Cliquez ici si le tableau ne s'affiche pas correctement.

Diane Lacaze