BFM Immo

Surcoûts: Le gouvernement ne prévoit pas d'annuler 8 milliards d'euros de charges sociales pour le BTP

Julien Denormandie, ministre du Logement

Julien Denormandie, ministre du Logement - BFM Business

Les entreprises du bâtiment estiment que le surcoût pour mettre en place les mesures d’hygiène va leur coûter 8 milliards d’euros. Julien Denormandie, invité de BFM Business, précise que les entreprises sont accompagnées pour déterminer, projet après projet, qui paie les surcoûts.

Au 28 mai, 83% des chantiers avaient redémarré et 50% tournaient à plein régime. Depuis, d’autres ont repris. En Ile-de-France, 95% des chantiers ont redémarré. “L’envie de reprise est là”, constate Julien Denormandie, ministre du Logement, au micro de BFM Business. “Une envie de la part de tous : entrepreneurs, salariés, Français qui veulent leur logement, …”.

Mais reste le problème des surcoûts. Les fédérations du secteur, notamment la Capeb, la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment, affirment que le coût des mesures sanitaires atteint 10% dans le neuf et jusqu'à 22% dans la rénovation. Les entreprises du secteur affirment que ce surcoût va leur coûter 8 milliards d’euros.

A la question de savoir s’il y aura, dans les jours qui viennent, une annonce d’une annulation de 8 milliards d’euros de charges sociales, Julien Denormandie répond que “ces surcoûts on les observe partout dans la société, dans tous les secteurs d’activité”. Le ministre du Logement préfère “accompagner les entreprises pour que des solutions, projet après projet, puissent être trouvées”.

Trouver des solutions

Julien Denormandie rappelle qu’“on s’est mis d’accord sur un ensemble de documents pour permettre de déterminer projet après projet qui prend en charge ces surcoûts”. Il donne l’exemple, lorsque l’ouvrage est public que le maître d’ouvrage puisse prendre en charge une partie des surcoûts. “Sur le terrain il y a cette intelligence collective qui fait que dans beaucoup de cas on peut trouver des solutions”.

Hier, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, a déclaré devant l’Assemblée que gouvernement envisageait de prendre en charge les surcoûts liés aux mesures de protections sanitaires dans le bâtiment pour les chantiers publics. “Dans le projet de loi finance rectificative (PLFR) N.3, nous aurons l'occasion d'examiner les moyens de prendre en charge ces surcoûts pour qu'effectivement, ça ne pèse pas sur la rentabilité des chantiers et bâtiments et de travaux publics", a ajouté le ministre.

Diane Lacaze