BFM Patrimoine

Pourquoi la retraite obsède les Français de plus de 45 ans

La majorité des actifs de plus de 45 ans souhaiteraient pouvoir partir à la retraite dans les cinq ans (image d'illustration)

La majorité des actifs de plus de 45 ans souhaiteraient pouvoir partir à la retraite dans les cinq ans (image d'illustration) - Mychèle Daniau - AFP

77% des Français âgés de 45 ans et plus souhaiteraient partir à la retraite dans les cinq années à venir selon le rapport annuel de HSBC, le chiffre le plus haut derrière l'Argentine. Mais malgré cela, bon nombre d'obstacles se dressent devant les actifs désireux de quitter plus tôt leur poste.

Plus tôt la retraite arrivera, mieux cela vaudra. C'est ce que semblent penser les actifs français de plus de 45 ans, au vu des résultats de la dernière édition du rapport mondial sur les retraites de la Banque HSBC (*). Plus des trois-quarts (77%) des actifs de 45 ans ou plus souhaiteraient, s'ils le pouvaient, partir à la retraite dans les cinq années à venir. Un chiffre plus fort qu'au Royaume-Uni (75%), aux États-Unis (72%), en Australie (74%) ou encore à Hong Kong (57%). En fait il n'y qu'en Argentine que ce taux est plus élevé (78%).

-
- © HSBC

Des difficultés financières

Pourquoi donc les "pré-retraités", comme les auteurs de l'étude les appellent, sont tentés de quitter rapidement le marché du travail? Pour tout un ensemble de raisons. La moitié d'entre eux citent la possibilité de voyager et de se consacrer à d'autres centres d'intérêt. 34% invoquent le poids de la "routine professionnelle" et presque autant (33%) veulent passer plus de temps avec leur famille. Dans la même logique beaucoup (24%) souhaitent rejoindre un conjoint qui lui profite déjà de jours heureux à la retraite.

Certains considèrent que leur carrière plafonne puisque 26% affirment avoir "professionnellement accompli tout ce qu'ils pouvaient" et 17% ne sont plus satisfaits par leur carrière. Enfin et non des moindres, 25% d'entre eux jugent que le travail nuit à leur santé physique et/ou mentale. En revanche, ils sont très peu à considérer que le travail a un impact négatif sur leurs relations (2%).

-
- © HSBC

Sauf que dans les faits, beaucoup de ces personnes (54%) ne partiront pas dans les cinq années à venir. Et ce en raison de plusieurs obstacles. Mais le principal reste d'ordre financier: 86% des actifs âgés de 45 ans et plus souhaitant partir dans les cinq années à venir invoquent des difficultés financières.

Certains évoquent leur fort niveau d'endettement (20%), d'autres affirment avoir des personnes à charge (27%). Surtout, les deux-tiers indiquent ne pas avoir assez épargné.

-
- © HSBC

Autres résultats de l'étude, relativement peu surprenants, les actifs s'attendent à voir leur niveau de vie diminuer une fois la retraite venue. 45% d'entre eux envisagent cette hypothèse, ce qui est confirmé par les retraités qui déclarent à 49% que leur niveau de vie a effectivement reculé.

Les actifs s'attendent également à ce que leurs relations avec leurs amis (17%), époux (15%) enfant (19%) et petits-enfants (20%) s'améliorent. Des attentes qui sont là encore vérifiées par les constats des retraités (voir infographie ci-dessous).

-
- © HSBC
-
- © HSBC

Dernier chiffre, plus inquiétant: 10% des actifs estiment qu'ils n'auront jamais assez de revenus pour se permettre d'arrêter totalement de travailler. Un chiffre en hausse de 4% par rapport à l'an passé.

(*) L'étude de HSBC a été effectuée auprès de 18.207 personnes dans 17 pays. 1.012 individus ont été interrogés en France.

J.M.