BFM Patrimoine

La Corée veut bannir les plateformes d'échange de crypto-monnaies

Le gouvernement sud-coréen souhaite interdire les plateformes d'échange

Le gouvernement sud-coréen souhaite interdire les plateformes d'échange - AFP

Les autorités sud-coréennes veulent fermer toutes les plateformes d'échanges de monnaies virtuelles du pays, estimant que "si la bulle éclate, cela aurait un effet dévastateur".

Le ministre sud-coréen de la Justice a ainsi annoncé ce jeudi que Séoul se préparait à interdire les plateformes d'échange de monnaies cryptographiques. "Si la bulle éclate, cela aurait un effet dévastateur", a déclaré à la presse le ministre Park Sang-Ki après l'échec d'une série de mesures destinées à calmer la spéculation sur ce type de monnaie. "Le ministère prépare un projet de loi pour interdire de fait tous les échanges fondés sur les devises virtuelles dans les salles de transactions". 

Les autorités sont "très préoccupées" par la popularité des cryptomonnaies, a-t-il poursuivi. Elles "veulent fermer toutes les plateformes d'échanges de monnaies virtuelles" du pays. "Tout cela a commencé à ressembler à du jeu et à de la spéculation", a ajouté le ministre. Une information toutefois démentie par un représentant du président Moon Jae-in. Celui-ci a déclaré à la presse locale que la position du ministère de la Justice ne reflétait pas celle de l'ensemble du gouvernement.

Le bitcoin cède du terrain, mais...

Les déclarations du ministre de la justice ont en tout cas fait plonger le cours du bitcoin de 18% sur la plateforme Bithumb avant que celui-ci se reprenne et passe au-dessus des 18.000 dollars (-9%). Malgré cette baisse, le prix du bitcoin reste plus de 4.000 dollars plus élevé en Corée du Sud que dans le reste du monde où il s'échange ce midi aux alentours des 14.000 dollars.

Investir dans les cryptomonnaies est très répandu en Corée du Sud, pays fasciné par les technologies. Les échanges sud-coréens de bitcoins représentent environ 20% des échanges mondiaux de la devise, soit environ 10 fois plus que le poids de la Corée du Sud dans l'économie mondiale.

Séoul a interdit en décembre à ses institutions financières de mener des transactions en monnaie virtuelle. Deux semaines plus tard, la Corée du Sud annonçait l'interdiction des comptes anonymes en cryptomonnaie et le renforcement de la répression des activités de blanchiment d'argent utilisant ces devises.

-
- © -
S.B. avec AFP