BFM Patrimoine

L'incertitude politique fait chuter la Bourse de Madrid

Le IBEX-35, indice phare de la Bourse de Madrid, a perdu 3,62% lundi.

Le IBEX-35, indice phare de la Bourse de Madrid, a perdu 3,62% lundi. - Gérard Julien - AFP

Au lendemain des élections législatives, qui ont mis à mal le parti conservateur sortant, l'indice Ibex-35 a perdu 3,62%. Les banques et les entreprises dépendantes de l'État sont particulièrement touchées.

Comme on pouvait s'y attendre, les résultats des législatives espagnoles n'ont pas vraiment enthousiasmé les marchés. La Bourse de Madrid a ainsi cédé 3,62% à 9.365,80 points à la clôture, au lendemain d'élections qui ont laissé le parti conservateur sortant sans majorité.

Toutes les valeurs ont clôturé à la baisse, les analystes notant que les cours les plus touchés, outre ceux des banques, étaient ceux des entreprises les plus dépendantes de l'État.

Dans le détail: l'action de Banco Santander, première banque européenne en termes de capitalisation, a perdu 4,85% à 4,48 euros ; la Caixa, plus forte chute de l'indice, a cédé 7,44% (3,35 euros) et Banco Popular 6,90% (3,01 euros).

Parmi les plus fortes baisses, le groupe aéroportuaire Aena a également cédé 7,02%, et le groupe énergétique Endesa a perdu 5,30%.

Un paysage politique trop "fragmenté"

Pour rappel, le chef du gouvernement sortant, le conservateur Mariano Rajoy, a annoncé dans la nuit de dimanche à lundi qu'il allait "tenter de former un gouvernement", alors que son Parti populaire (PP) est arrivé en tête, mais avec seulement 28,72% des voix et 123 sièges sur les 350 que compte la chambre basse. La politique d'austérité et la corruption ayant éclaboussé le PP n'ont pas profité au Parti socialiste (PSOE), qui n'a obtenu que 22% des suffrages et 90 sièges. En revanche, les jeunes partis Podemos, de gauche radicale (20,66%, 69 sièges), et Ciudadanos, de centre-droit (13,93%, 40 sièges) ont fait leur entrée à la chambre basse.

Dans un communiqué, les analystes de l'entité financière Renta 4 s'inquiètent aussi du "résultat encore plus fragmenté que prévu" des législatives. Pour eux, cela "va rendre plus difficile la poursuite des réformes nécessaires pour étayer une croissance durable" et "cette incertitude devrait se traduire par des chutes à la Bourse et des hausses de la prime de risque".

Y.D. avec AFP