BFM Patrimoine

Gameloft: la famille Guillemot prête à riposter à Vivendi?

La famille Guillemot pourrait riposter à cette nouvelle offensive de Vivendi

La famille Guillemot pourrait riposter à cette nouvelle offensive de Vivendi - AFP

Face à la pression des investisseurs, Vivendi a décidé de relever le prix de son projet d'OPA sur Gameloft. Une initiative qui pourrait (encore) ne pas suffire. Explications.

Après le "non" du conseil d'administration de Gameloft et face à la pression des investisseurs, Vivendi a décidé de relever le prix de son projet d’offre publique d’achat sur les actions du deuxième éditeur de jeux français à 7,20 euros par action.

Un surplus de 20% par rapport à la précédente offre de 6 euros qui pourrait cette fois-ci convaincre les investisseurs et notamment "les principaux fonds actionnaires de Gameloft (aucun n’étant toutefois cité officiellement par Vivendi comme soutenant sa nouvelle offre)" d'apporter leurs titres à l'offre, souligne la société de Bourse Oddo dans une note.

Une riposte de la famille Guillemot? 

Si cette décision était, en tout cas, attendue par le marché - surtout quand on sait que l’action se cotait au-dessus du prix d’OPA - cela ne veut pas dire que la partie est gagnée pour le groupe présidé par Vincent Bolloré. Ce dernier pourrait faire face à un dernier sursaut d'orgueil de la part de la famille Guillemot, selon le cabinet d'analyste Gilbert Dupont.

"Si le prix proposé par Vivendi est désormais proche de la juste valeur de la société, une contre-offre de la part de la famille Guillemot (avec ou sans le soutien d’un partenaire industriel de type Gungho) reste fortement probable". Une hypothèse que ne semble toutefois pas partager Oddo, pour qui une contre-offre, sans être exclue, paraît peu probable.

Vivendi toujours à fond sur Ubisoft

Ce qui est sûr en revanche, c'est que Vivendi reste toujours intéressé par la grande soeur Ubisoft, détenue à 9% par les Guillemot. En effet, en marge de cette communication, le groupe de médias a indiqué avoir franchi le 23 février le seuil légal des 15% du capital d’Ubisoft et détenir 15,66% du capital du leader français des jeux vidéo.

Le scénario d'OPA pourrait donc de nouveau se produire d’autant plus que Vivendi a déclaré lors de la publication de ses résultats annuels détenir une trésorerie nette de 6 milliards d’euros. Une somme largement suffisante pour lancer une offre sur Ubisoft qui se valorise à près de 3 milliards d’euros en Bourse ce mardi.

Retrouvez toute l'actualité de Gameloft sur TradingSat.com

Sami Bouzid