BFM Patrimoine

Fiat: les appétits retrouvés de Sergio Marchionne

Rencontres avec Tim Cook, Elon Musk... et un projet de fusion avec General Motors ! Sergio Marchionne, le patron de Fiat, semble en pleine phase de brassage de nouvelles idées pour son groupe.

Rencontres avec Tim Cook, Elon Musk... et un projet de fusion avec General Motors ! Sergio Marchionne, le patron de Fiat, semble en pleine phase de brassage de nouvelles idées pour son groupe. - Marco Bertorello - AFP

Rencontres au sommet avec Tim Cook (Apple), Elon Musk (Tesla), et même projet de fusion… avec General Motors! Tout porte à croire que Sergio Marchionne a repris son flambeau d’agitateur du secteur automobile.

Qu’est-ce qui fait courir Sergio Marchionne? Après quelques années de consolidation de sa dernière plus grosse opération, l’intégration réussie de l’américain Chrysler au groupe Fiat fin 2013, le patron du géant automobile, qui rendra théoriquement son tablier en 2019, semble vouloir repartir à l’offensive et frapper un grand coup. Et, révélation du New York Times, cela aurait peut-être pris la forme d’une offre de fusion avec General Motors !

Affirmation un peu incroyable quand on considère la capitalisation boursière du géant américain (quasiment 60 milliards de dollars), son aspect stratégique, - un constructeur multimarques devenu en quelque sorte un emblème national après avoir été sauvé de la faillite par l’Etat Américain. Sans compter que l’antitrust américain aurait sans doute tiqué de voir deux des "Big Three" contrôlés par un seul groupe, étranger qui plus est.

Coup de bluff ou coup d’avance ?

Mais Sergio Marchionne ne s’est visiblement pas démonté, et a envoyé un mail enthousiaste à Mary Barra, directrice générale de GM, en lui demandant même un rendez-vous à ce sujet. Le tout afin de lui expliquer que les grands constructeurs américains doivent poursuivre leur mouvement de consolidation, et qu’une fusion Fiat-GM ferait sens, notamment en termes d’économie de coûts opérationnels, avec plusieurs milliards de dollars à la clé.

Malheureusement, l’initiative a été fort peu appréciée du côté de General Motors, où on a renvoyé au sémillant patron de Fiat un mail un peu sec, lui signifiant que Mme Barra n’avait pas l’intention de lui accorder de rendez-vous.

Quand Marchionne redevient un agitateur d’idées

Mais l’initiative a le mérite de rappeler les priorités du secteur auto, toujours conserver de la taille, avec comme priorité la maîtrise des coûts opérationnels, les alliances, les partages de plate-formes et de technologies. Jusque-là rien de neuf, hormis cette initiative un peu baroque.

Reste un Sergio Marchionne en pleine phase d’agitation d’idées. Et notamment du côté américain, vu que c’est désormais aux Etats-Unis qu’il passe le plus clair de son temps, chose qui lui est régulièrement reproché en Italie d’ailleurs.

Tim Cook et Elon Musk au programme

Mais le patron de Fiat rencontre beaucoup de monde là-bas, et notamment de grands noms de la High-Tech. Sergio Marchionne a vu Tim Cook, et même (et surtout) Elon Musk, patron et fondateur de Tesla, entre autres! "Je suis incroyablement impressionné par ce que ce gamin a réussi à réaliser" a-t-il dit, dans un style un peu paternaliste qui n’a pas beaucoup plu, là non plus !

Mais Sergio Marchionne est à l’affut de l’avenir de l’automobile. Et il est clair que la formidable histoire de Tesla, ses avancées technologiques et marketing l’intéressent au plus haut point, Fiat étant très en retard sur les technologies propres, hybrides et électriques.

Revitaliser Fiat

Quant à Tim Cook, les deux hommes se sont rencontrés, notamment pour parler des solutions futures d’auto connectée, de télévision, de divertissement et d’internet à bord, de technologies de de connectivité automobile, en plein boom aux Etats-Unis. Les constructeurs européens, eux, ont un peu de retard.

Sergio Marchionne est en fait en campagne pour revitaliser Fiat. L’intégration de Chrysler est réussie sur le papier, avec des programmes d'échanges de modèles et de plate-formes plutôt réussis, mais qui laissent sans doute le patron du groupe sur sa faim sur leur résultat opérationnel.

Reprendre l’initiative

Et il se souvient que ses derniers gros succès automobiles sont précisément fondés sur une bonne appréhension des tendances de design, mais aussi de technologie moteur, technologie embarquée et d’ "univers intérieur". La gamme Fiat 500 reste un exemple réussi, mais qui a du mal à embrayer sur la suite.

C’est pourquoi, entre coups de poker industriels et améliorations "software", Fiat semble à l’affût de sang neuf. Et Sergio Marchionne, qui partira en 2019, a clairement envie de laisser derrière lui un groupe à la fois très productif mais aussi très innovant, en reprenant l’initiative et en marquant des points décisifs face aux mastodontes Volkswagen, Toyota et Renault-Nissan.

Antoine Larigaudrie