BFM Patrimoine

Fedex et TNT se marient pour donner naissance à un géant mondial du colis

Un coup de maître pour le géant américain FEDEX, qui signe une opération aussi intéressante industriellement qu'économiquement.

Un coup de maître pour le géant américain FEDEX, qui signe une opération aussi intéressante industriellement qu'économiquement. - Scott Olson - Getty Images North America - AFP

La vague de fusions-acquisitions se poursuit, cette fois dans le secteur du transport et de l’acheminement. FEDEX et TNT se marient, une opération à 4,4 milliards de d’euros pour former un nouveau géant transatlantique.

Un mariage en bonne entente, pour tisser une toile mondiale. Le géant américain FEDEX, doté d’une capitalisation boursière de 47 milliards de dollars, n’a eu aucun mal à proposer une belle alliance au néerlandais TNT, en déboursant 4,4 milliards d'euros. Et même à lui proposer une jolie prime, puisque la capitalisation de ce dernier n’était que de 3,3 milliards d’euros.

TNT, joli réseau européen bien équipé, avec des filiales dans 60 pays, avec sa propre compagnie aérienne-cargo, mais aussi en panne de croissance depuis plusieurs années, notamment à cause d’importants problèmes de concurrence. En effet, avec assez peu d’intervenants, le marché mondial est déjà extrêmement concentré, entre quelques géants, TNT, FEDEX, UPS, DHL… le reste du secteur étant animé par des intervenants de taille bien plus réduite.

Processus de concentration compliqué

Du coup chaque opération de croissance externe est compliquée, notamment pour cause de règles de concurrence européenne. Un premier projet de fusion à 6,7 milliards de dollars proposé à TNT par UPS en 2012 avait été retoqué purement et simplement par l’anti-trust européen, malgré toutes les concessions possibles.

Là, FEDEX a préparé le terrain, et a sécurisé déjà un mariage amical, accepté à l’unanimité par les conseils des deux parties, et prévoit déjà de quoi satisfaire à tous les critères de concurrence européens.

Avantages multiples

Et l’américain y a tout intérêt. Déjà pour fortifier son réseau dans sur la zone Europe. Avec l’acquisition d’un réseau déjà intégré, les capacités de synergies sont séduisantes sur le papier, et industriellement le coup est très intéressant.

Mais il reste 3 raisons au moins qui motivent le déclenchement de ces opérations, et qui remettent cette offensive dans le contexte actuel de vague de fusion-acquisition.

Lutter contre le dollar fort

Déjà des conditions de financement optimum, avec des taux au plus bas et des conditions de marchés à peu près idéales, en témoignent l’abondance des opérations en ce moment, même les plus importantes, les plus structurantes.

Mais autre aspect important, et récurrent en ce moment, la volonté de certaines très grandes entreprises américaines, multinationales, de se protéger contre le dollar fort. Acquérir un outil déjà structuré sur le continent européen, libellé en euros, est un avantage imbattable pour compenser la force du dollar.

Le délicieux "Sandwich néerlandais"

Enfin, cerise sur le gâteau, TNT étant une société néerlandaise, FEDEX ne voit aucun inconvénient, au contraire, à établir le siège social du futur ensemble fusionné… au Pays bas. Pays traditionnellement très prisé pour son taux d’imposition aux entreprises plutôt léger, le plus bas de la Zone Euro à 25% (40% aux Etats Unis), et les dispositifs fiscaux avantageux comme le fameux "Sandwich Néerlandais" qui rend toute implantation dans le pays très avantageuse.

De quoi rendre cette opération absolument idéale pour toutes les parties concernées, à moins encore une fois qu’un veto européen n’intervienne, hypothèse toujours possible dans un marché ultra-concentré.

Antoine Larigaudrie