BFM Patrimoine

Comment un patron chinois a fait perdre 19 milliards de dollars à sa société en 24 secondes

Une absence injustifiée de son patron en assemblée générale, alimentant des doutes sur la solidité de l'entreprises, et le Chinois Hanergy a été pris en pleine tempête boursière.

Une absence injustifiée de son patron en assemblée générale, alimentant des doutes sur la solidité de l'entreprises, et le Chinois Hanergy a été pris en pleine tempête boursière. - Ed Jones - AFP

Le titre de la société Hanergy, spécialisée dans les technologies photovoltaïques, a perdu mardi à Hong Kong 47% en quelques secondes, faisant partir en fumée quasiment 20 milliards de capitalisation… Après une absence injustifiée de son patron en assemblée générale.

"Mais où est donc le Président Li Hejun ?"C’est la question que tout le monde se posait d’un air inquiet mardi à Hong Kong alors que la compagnie Hanergy, pionnière de l’énergie solaire en Chine, tenait son assemblée générale. Evènement capital où brillait hélas par son absence le patron du groupe.

Absence d’autant plus inexplicable quand on connait le bonhomme. Une sorte d’Elon Musk (Paypal, Tesla, SpaceX) à la chinoise, complètement investi et convaincu par l’avenir radieux et les perspectives prodigieuse de l’énergie solaire en Chine.

Capitalisation équivalente à Sony

Hanergy est d’ailleurs l’acteur chinois le plus avancé dans ce domaine, cheville ouvrière cette industrie, où l’on attend des taux de croissance exponentiels dans les prochaines années. La demande mondiale en capacités photovoltaïques est attendue en hausse de 30% cette année à 57 gigawatts au niveau mondial, dont 17 rien que pour la Chine, ce qui soutient d’ailleurs les cours de l’argent, indispensable à la fabrication des cellules.

C’est dire si tout le monde croit au potentiel d’Hanergy, qui flambe littéralement depuis l’année dernière. Son cours a été multiplié par 6 ! Lui donnant une capitalisation boursière 7 fois supérieure à First Solar, le leader américain du secteur… et un niveau de valorisation boursière qui égale celui du japonais Sony par exemple.

Discours militants, technologies avancées

Les particuliers, prenant de plus en plus de risques, ont été en plus convaincus par le discours volontaire du charismatique patron Li Hejun. Discours militant acharné en faveur de l’énergie solaire que ce dernier développe à chaque assemblée générale de l’entreprise, estimant que l’emploi de panneaux et de cellules solaires, surtout, constitue l’avenir de la production énergétique au quotidien.

Car c’est bien là le secret de la technologie Hanergy, au-delà du simple déploiement de panneaux solaires dans le secteur du bâtiment : avoir créé des cellules solaires souples et fiables, que l’on peut du coup introduire partout où l’on a besoin d’énergie : automobile, textile, électronique, informatique, téléphonie… Bref des perspectives absolument imbattables.

Incompréhension totale

Mais patatras. -47% en 24 secondes en bourse, avant suspension, parce que l’assemblée générale du groupe avait commencé… sans le patron. Et qu’aucun responsable de l’entreprise n’était capable d’expliquer pourquoi Li Hejun était absent.

Une forte volatilité accentuée par l’atmosphère ambiante de casino autour des places boursières chinoises, une incompréhension qui s’est tout de suite muée en doutes autour de la viabilité du concept développé par le groupe, son business model où la solidité de ses finances, voire des craintes sur la santé ou la vie même du patron !

Entre espoirs et spéculations

Mais le pire, c’est qu’après avoir tenté d’endiguer la crise boursière, les responsables du groupe ont enfin pu renouer le contact avec Li Hejun, et la seule réponse qu’il aura été capable de fournir pour justifier son absence aura été en substance : "J’avais autre chose à faire ".

Une réponse finalement encore plus incompréhensible que toutes les hypothèses du monde, qui a provoqué des prises de bénéfices massives, sans pour autant annuler les gains de ces derniers mois. Mais le cas est symptomatique du climat actuel autour de la bourse chinoise, entre espoirs réels de croissance et ambiance de casino… 

Antoine Larigaudrie