BFM Patrimoine

Ces 8 géants de la tech pèsent autant en Bourse que toutes les entreprises de la zone euro

-

- - -

La capitalisation cumulée des huit plus grands groupes de tech de la planète dépassent désormais les 5000 milliards de dollars, soit 100 milliards de plus que toutes les sociétés cotées de la zone euro.

Si tout le monde perçoit l’hégémonie de la tech en Bourse, personne ne l’imaginait néanmoins à un tel niveau. D’après Bank of America-Merrill Lynch (BAML), les huit géants de la tech chinois et américains, que l’on regroupe généralement sous les acronymes BAT (Baidu, Alibaba, Tencent) et GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), pèsent désormais plus que toutes les sociétés cotées de la zone euro.

>> Suivez toute l'actualité des marchés ici

Avec une capitalisation de 5000 milliards de dollars (voir graphique ci-dessous), ils sont désormais valorisés 100 milliards de plus que le CAC 40, le Dax allemand, l’Ibex espagnol ou encore le MIB italien réunis (4900 milliards de dollars).

-
- © -

La tech surperforme

Il faut dire que depuis le début de l’année le secteur technologique surperforme en Bourse. Le Nasdaq, qui regroupe la majorité des sociétés technologiques, gagne déjà plus de 11% en 2018 alors que le Dow Jones, l’autre indice de référence à Wall Street, est légèrement dans le rouge. Ainsi, parmi les 10 plus grosses entreprises du monde, seulement deux ne sont pas des entreprises technologiques : Berkshire Hathaway, qui appartient au milliardaire Warren Buffett, et le pétrolier Exxon mobil.

Cette domination inquiète certains analystes, qui estime qu'une bulle est en train de se former. C'est le cas notamment de Michael Hartnett, stratège en chef des investissements chez BAML, qui a récemment déclaré que la capitalisation boursière de ces entreprises était l'une des 10 raisons pour lesquelles les investisseurs devraient retirer leur argent de ce marché. Autre facteur inquiétant, sur 199 analystes seulement 5 émettent une opinion "Vendre" sur au moins un des GAFAM et aucun sur Apple et Google. Une telle euphorie et un tel unanimisme en Bourse ne sont pas toujours de bon augure. 

S.B.