BFM Patrimoine

CAC40: tente de préserver 3600, WStreet morose, $ à 1,308/E.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Le CAC40 (+0,1%) tente de préserver le support des 3.600Pts, un seuil de soutien identifié par 100% des chartistes. Mais le CAC40 n'est pas 'tout seul': l'Euro-Stoxx50 a largement enfoncé depuis la veille le support majeur de

(CercleFinance.com) - Le CAC40 (+0,1%) tente de préserver le support des 3.600Pts, un seuil de soutien identifié par 100% des chartistes.

Mais le CAC40 n'est pas 'tout seul': l'Euro-Stoxx50 a largement enfoncé depuis la veille le support majeur des 2.580Pts et c'est ce seuil qui a fait office de résistance avant une rechute vers 2.542Pts vers 16H.

De façon assez surprenante -mais qui devient récurrente-, les tentatives de rebond des places européennes se retrouvent systématiquement contrariées dès l'heure du déjeuner, ou comme aujourd'hui, après la reprise des cotations à Wall Street.

Et le 'pullback' est particulièrement sévère puisque le CAC40 est retombé en ligne de droite 3.637 vers 13H15 à 3.585 vers 16H10.
C'est le secteur financier qui plombe de nouveau l'indice phare avec -3,75% sur Sté Générale (sous 24,4E), -2% sur Natixis, -1,8% sur AXA: les résultats publiées par les banques US (Morgan Stanley ce jeudi) s'avèrent à epu près tous décevants.

Le repli est général à travers l'Europe: le DAX recule de -0,4%, Bruxelles et Amsterdam de -0,15%... et Londres est stable, tout comme le CAC40, l'Euro-Stoxx50 et l'Euro-600.

A Wall Street, le anticipations de rebond technique sont largement démenties par les faits: le Dow Jones lâche 0,2%, le 'S&P' -0,25% et le Nasdaq -0,5% dans le sillage d'eBay (-5%) et Apple (-2% à 395$).

Pour tenter de justifier cette morosité, les chiffres US du jour ne sont pas bons... mais il y a une semaine, de mauvaises stats faisaient au contraire grimper Wall Street.
Par ordre chronologique, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage ont augmenté de 4.000 la semaine dernière aux Etats-Unis, à 352.000, selon des chiffres publiés jeudi par le Département du Travail.

L'indice de la Fed de Philadelphie est ressorti en repli à +1,2 alors qu'il était anticipé en hausse et les indicateurs avancés du Conference Board pour mars reculent de -0,1% alors qu'ils étaient attendus en progression de 0,1%.

'La réunion du G20 qui débute aujourd'hui à Washington peut influencer le marché', souligne Vincent Pellizzari, trader chez RTFX. 'Les sujets à l'ordre du jour seront probablement le manque de demande en Europe suite aux mesures d'austérité excessives prises par les Etats membres et les politiques monétaires plus agressives mises en oeuvre ces derniers mois', ajoute-t-il.

Par ailleurs, 'le Beige Book [publié hier soir aux Etats-Unis] est globalement positif à court terme sur l'économie', indique Aurel BGC. 'La croissance paraît plus solide qu'en mars, mais l'impact des coupes budgétaires sur l'activité est encore inconnu', précise le bureau d'études.
A court terme, elles pèsent sur la confiance des chefs d'entreprises, mais il est encore difficile d'estimer l'impact potentiel de ces coupes sur l'ensemble de l'économie. 'Cette source d'incertitude justifie pleinement un discours encore très accommodant du Fed', précisent les spécialistes.

Du côté des valeurs, Rémy Cointreau grimpe de 1,4% à 87,1 euros, après avoir réalisé un chiffre d'affaires de 1.193,3 millions d'euros sur l'exercice clos au 31 mars 2013, en hausse de 16,3% (+8,8% de croissance organique).

Plastic Omnium s'adjuge 2,9% à 33 euros, affichant un chiffre d'affaires de 1.230 millions d'euros au premier trimestre, en progression de 3,2% en données publiées et de 3,7% à taux de change et périmètre constants.

Carrefour cède -1,5% après la publication d'un chiffre d'affaires de premier trimestre de 20,8 milliards d'euros, en hausse de 1,3% à changes constants.

Sodexo chute de -9,7% à 63,9 euros, après un chiffre d'affaires de 9,5 milliards d'euros au premier semestre de son exercice fiscal 2012-2013, en progression de 4,3%.
Le bénéfice du groupe de restauration collective ressort à 236 millions d'euros, en baisse de 20,5%, soit une performance inférieure au consensus. Son résultat opérationnel ne devrait pas augmenter cette année.

Côté hausses, priorité aux ultradéfensives avec Essilor (+3,5%), Danone (+2,8%), Air Liquide (+2%), Sanofi +0,8%).

Artprice avance de 6,3% à 26,45 euros. Mandaté par la société, le courtier Bryan Garnier a publié une étude financière faisant ressortir une valeur intrinsèque de 43,6 euros sur la valeur, soit un potentiel d'appréciation de plus de 60%.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance