BFM Patrimoine

Blanchiment : HSBC paie une amende record

La banque HSBC assure que ses pratiques ont changé, et qu'elle ne fournit plus d'assistance au blanchiment d'argent sale

La banque HSBC assure que ses pratiques ont changé, et qu'elle ne fournit plus d'assistance au blanchiment d'argent sale - -

Visée notamment aux Etats-Unis dans une enquête sur le blanchiment d’argent, la banque sino-britannique vient d’accepter de payer 1,9 milliard de dollars pour mettre fin aux poursuites.

La réputation des banques britanniques, déjà entachées par l’affaire du Libor, ne risque pas d’être rétablie ce mardi 11 décembre. HSBC vient de conclure un accord avec les autorités américaines et accepte de payer une amende de près de deux milliards de dollars. Un gros chèque pour mettre un terme à une série de poursuites pour blanchiment d'argent.

L'affaire traînait depuis plusieurs années. Cet été déjà, la direction de la banque avait reconnu sa responsabilité et s'était publiquement excusée. Seule solution pour elle aujourd'hui : payer, et payer très cher. C'est la plus grosse amende jamais acquittée par une banque.

Blanchiment au profit de trafiquants, de terroristes

HSBC était accusée par le Trésor et le Département de la Justice américains de complicité de blanchiment d'argent au profit de trafiquants, de groupes terroristes et de l'Iran, contrevenant ainsi aux lois en vigueur sur le sol américain.

En six ans, la filiale d'HSBC aux Etats-Unis a ainsi effectué 16 milliards de dollars de transactions avec l'Iran. Au Mexique, ce sont 7 milliards de dollars soupçonnés d'appartenir aux cartels de la drogue.

Aujourd'hui la banque assure qu'elle a changé. Entre 2009 et 2011, elle a largement augmenté ses fonds dédiés au dispositif interne mis en place contre ce type de pratiques. HSBC serait aussi sur le point de conclure un accord du même ordre avec les autorités financières britanniques.

Aujourd'hui le montant est record mais il ne s'agit pas d'un cas isolé. Au total, cinq milliards de dollars ont été payés en quelques années à la justice américaine par plusieurs banques européennes et américaines dans le cadre d'enquêtes pour blanchiment.

Isabelle Gollentz