BFM Patrimoine

Rénovation énergétique: les travaux des artisans ne sont pas à la hauteur

L'UFC dénonce la qualité des travaux de rénovation énergétique des artisans.

L'UFC dénonce la qualité des travaux de rénovation énergétique des artisans. - Philippe Huguen - AFP

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir dénonce la piètre qualité des travaux de rénovation énergétique effectués par les professionnels du bâtiment ainsi que leurs tarifs excessifs.

Les professionnels du bâtiment ont encore du pain sur la planche. Selon une enquête de l'UFC-Que Choisir, les prestations offertes par les artisans RGE ne sont pas d'une qualité suffisante pour que les consommateurs puissent réaliser dans leur logement des travaux de rénovation énergétique "en toute confiance".

La qualification RGE ("reconnu garant de l'environnement") est indispensable pour bénéficier d'aides publiques au financement des travaux de rénovation énergétique, telles que l'éco-prêt à taux zéro et le crédit d'impôt développement durable (CIDD).

Parmi eux, seuls 9% ont effectué un diagnostic pertinent, qui passe par une évaluation de l'isolation, de la ventilation et de la production de chaleur. En cause, une formation inadaptée et un contrôle insuffisant des qualifications des professionnels.

De faibles économies d'énergie à la clé

Cette deuxième étude de terrain, réalisée sur 10 maisons mal isolées dans 10 départements différents, montre également que ni les professionnels RGE spécialisés, ni ceux bénéficiant des mentions spécifiquement créées pour répondre aux problématiques de la rénovation globale ne se montrent à la hauteur.

Car leurs préconisations de rénovation énergétique ne permettent de baisser, en moyenne, que "de 27% la consommation d'énergie alors que la loi Transition énergétique pour la croissance verte fixe un objectif de 75% pour l'ensemble du bâti résidentiel d'ici 2050".

En outre les professionnels testés pratiquent des prix "excessivement élevés et injustifiés, jusqu'à 185% supérieurs aux prix constatés sur une opération comparable optimisée. Et la majorité d'entre eux ne donnent qu'une information "minimale et générique" sur les aides accessibles aux consommateurs.

Au final, de tels surcoûts ne permettent pas aux consommateurs de rentabiliser les opérations de rénovation énergétique, et peuvent rendre "financièrement inaccessibles les travaux de rénovation, même avec les dispositifs d'aides".

Quelles solutions?

Pour s'attaquer à ces difficultés, l'association de consommateurs préconise de "promouvoir une nouvelle filière d'experts indépendants, capables de coordonner les travaux et d'accompagner les consommateurs tout au long de leur démarche de rénovation énergétique".

Elle souhaite aussi que soit "instaurée une obligation de résultat", que les consommateurs pourront invoquer dès lors que les allégations de performance énergétique faites par les professionnels n'auraient pas été atteintes.

Enfin, l'UFC souhaite que les banques soient responsabilisées dans le cadre d'un "crédit affecté", afin qu'elles vérifient la prestation réalisée, ainsi que la solvabilité et les capacités du professionnel partenaire.

J.Mo. avec AFP