BFM Patrimoine

Prix de l'immobilier: pour le patron de Century 21, "il est bien trop tôt pour faire des pronostics"

Invité sur le plateau de Good Morning Business, le président de Century 21 Laurent Vimont souligne que le premier confinement avait provoqué "un espèce d'engorgement" dans les zones tendues.

Malgré la crise, le marché de l'immobilier ne décroche toujours pas. Et le premier confinement n'a d'ailleurs pas provoqué la chute attendue par certains observateurs. Pire, il a même renforcé les prix dans certaines zones, comme l'explique sur le plateau de Good Morning Business, le président de Century 21 Laurent Vimont.

"On a eu un espèce d'engorgement qui a pesé sur le marché et qui a fait monter les prix dans les zones dites tendues donc ça n'a pas arrangé le marché" détaille-t-il. "Là, le même risque est probable sauf qu'on ne connait pas la durée de ce confinement et moi j'ai appris à dire un truc pendant le premier confinement : 'je ne sais pas'."

"Donc pour l'instant, il est bien trop tôt pour faire des pronostics" poursuit-il. "Je vois des tas de gens nous parler d'effondrement du marché, de baisse. Les mêmes qui, en confinement saison 1, l'avaient annoncé" alors qu'il n'y a "toujours pas de baisse de prix sur le marché français" insiste Laurent Vimont.

Hausse des dossiers refusés

Et la crise économique n'aura pas forcément d'impact sur l'immobilier. "Les prix sont le résultat d'un équilibre entre l'offre et la demande, et les taux d'intérêt" résume-t-il. "Le chômage un peu mais pas tant que cela, en réalité. Et pour l'instant, pour l'offre et la demande, il y a un déséquilibre extrêmement fort puisqu'il y a plus de gens qui veulent acheter que de gens qui veulent vendre et les taux restent extrêmement bas."

Une bonne santé tempérée par une augmentation des dossiers refusés par la banque, qui atteint 15% des dossiers. "15% sur un nombre d'éligible extrêmement important" corrige Laurent Vimont. "Le sujet est qu'on ne peut plus être propriétaire d'un logement en France avec 110% d'emprunt. Il faut avoir de l'apport personnel, et sur 20 ans (…) ce n'est pas nouveau, c'est comme cela depuis le mois de janvier 2020."

Thomas Leroy Journaliste BFM Business