BFM Patrimoine

Les notaires restent prudents sur la reprise de l'immobilier en Ile-de-France

Hausse en trompe-l'oeil des transactions immobilières

Hausse en trompe-l'oeil des transactions immobilières - -

Les notaires de Paris Ile-de-France ont annoncé ce jeudi 27 juin une hausse de 13% des transactions de février à avril 2013 par rapport à la même période en 2012. Mais l'année dernière, l'activité s'était particulièrement contractée.

Le marché immobilier est-il en train de se reprendre en Ile-de-France? Il semblerait. 29.400 logements anciens ont été vendus de février à avril 2013, soit une hausse de 13% par rapport à la même période l'année précédente, selon les chiffres des notaires de Paris Ile-de-France, publiés ce jeudi 27 juin.

Néanmoins, les notaires restent prudents. " L’amélioration de l’activité observée par rapport à l’année dernière doit beaucoup à la période de comparaison retenue en 2012. De février à avril 2012, l’activité s’était sensiblement contractée après le pic des ventes de janvier 2012 en raison du durcissement de la fiscalité sur les plus-values immobilières entrée en vigueur au 1er février 2012. Pour les 4 premiers mois de l’année, l’activité se situe en 2013 à 11% en dessous de celle de 2012".

Les notaires ne voient pas d'amélioration à court terme. "L’annonce d’une réforme temporaire de la taxation des plus-values immobilières par le Président de la République pourra nourrir, dans un premier temps, un certain attentisme auprès des vendeurs jusqu’à la mise en place de la réforme".

Stagnation des prix

Du coté des prix, les notaires constatent une stagnation. "Lorsque l’on compare avril 2013 à janvier 2013 avec un très léger fléchissement de 0,2% tous logements confondus, de 0,3% pour les appartements anciens et un prix unitaire stable à 301.600 euros pour les maisons anciennes".

A Paris, le prix au mètre carré ressort à 8.280 euros. D’après les indicateurs avancés des notaires sur les prix issus des avant-contrats de vente à Paris, les prix se maintiendraient cet été aux alentours de 8.250 euros le mètre-carré.

Diane Lacaze (texte) et Mariam Pirzadeh et Baptiste Laigle (reportage vidéo)