BFM Patrimoine

Les Français aiment toujours l'immobilier et boudent les actions

En 2015, plus de 60% des Français possédaient un bien immobilier, selon une étude de l'Insee.

En 2015, plus de 60% des Français possédaient un bien immobilier, selon une étude de l'Insee. - Fred Dufour - AFP

L'immobilier garde une place importante dans le patrimoine des Français. En 2015, six ménages sur dix possédaient un bien, selon une étude de l'Insee. En revanche, les valeurs mobilières (actions, Sicav etc.) n'ont plus vraiment la cote.

La pierre garde une place importante dans le patrimoine des Français. Près de 63% des ménages possédaient des biens immobiliers en 2015, selon des statistiques de l'Insee publiées cette semaine. C'est quasiment un point de plus qu'en 2010.

Par ailleurs, 58,9% des ménages sont propriétaires de leur résidence principale ou accédants, soit +1 point par rapport à 2010. Cette part est d’autant plus importante que leur niveau de vie est élevé et qu'ils sont plus âgés, précise l'institut.

Les ménages achètent leur résidence principale le plus souvent à crédit (81%). Une tendance qui devrait se confirmer dans les mois à venir compte tenu des conditions de crédit particulièrement favorables.

À l'inverse, les achats au comptant (13%) ainsi que les acquisitions par héritage ou donation (5%) diminuent légèrement entre 2006 et 2013, alors que les achats en viager ou en location-accession restent marginaux.

Regain d'intérêt pour le Livret A

Si l'immobilier continue d'avoir le vent en poupe, dans un environnement particulièrement favorable, les livrets d'épargne non imposables restent le placement financier privilégié des Français. L'an passé, près de 86% des ménages en possédaient au moins un (Livret A, PEL...).

Et malgré une rémunération jugée peu attractive (0,75% au 1er août 2015), le Livret A bénéficie depuis quelques mois d'un regain d'appétit des épargnants. La détention du Livret de développement durable (LDD, ex Codevi) ou celle du livret d’épargne populaire ont pour leur part nettement reculé (d’environ 5 points dans les deux cas), après avoir connu une hausse entre 1998 et 2004, souligne l'Insee.

Les actions délaissées

De son côté, l’assurance-vie n'est pas en reste: 36,5% des ménages métropolitains en possèdent au moins une. Sa progression est moins marquée qu’entre 2004 et 2010 (+8,5 points), mais elle reste significative (+1,8 point entre 2010 et 2015). En effet, ce produit offre aux épargnants un cadre fiscal attractif et la possibilité de sécuriser au moins une partie de leur épargne.

Enfin, seuls 16,5% des ménages détiennent des valeurs mobilières (actions, obligations, Sicav etc.), contre 24,2% en 2004. La crise financière de 2008 a probablement conduit les ménages à délaisser les valeurs risquées...

Cliquez ici pour lire la suite

Julien Mouret