BFM Patrimoine

Les associations s'inquiètent de l'âge des donateurs

Les dons continuent de progresser.

Les dons continuent de progresser. - Geralt - AFP

Si les dons aux associations et fondations continuent de progresser, le profil des donateurs ne rajeunit pas. Ce qui suscite des inquiétudes pour l'avenir.

Les dons aux grandes associations et fondations ont continué de progresser en 2016, selon le dernier baromètre du syndicat professionnel France Générosités. Une hausse estimée à 2,5% par les 91 membres de ce syndicat (parmi lesquels Action contre la faim, AFM-Téléthon, Amnesty International, Unicef, Sidaction ...) sur la base d'un panel de 21 associations et fondations cumulant plus de la moitié des dons (inférieurs à 1.500 euros).

Si les dons ont continué d'augmenter en 2016, c'est parce que les donateurs existants ont été plus généreux, estime France Générosités dans un communiqué. Mais le panel de donateurs peine à se renouveler et à se rajeunir, observe le syndicat pour expliquer ses inquiétudes. En 2016, les donateurs fidèles ont ainsi représenté 92% de la collecte globale.

12% de 25-34 ans 

Les donateurs fidèles sont âgés puisque parmi ceux qui donnent régulièrement (au moins une fois par an), il y a 29% de personnes de 65 ans et plus, et seulement 12% de 25-34 ans. Les moins de 35 ans réagissent surtout à l'actualité, et ce sont souvent des causes ponctuelles qui suscitent leurs dons.

Près d'un Français sur deux (46%) dit donner au moins une fois par an. Tous âges confondus, les causes les plus plébiscitées sont la protection de l'enfance, devant la lutte contre l'exclusion et la pauvreté, la recherche médicale et l'aide aux personnes handicapées.

Les habitudes de paiement changent, avec un tassement des dons par chèques (qui représentent tout de même 56% des dons), d'un montant moyen de 63,9 euros (-60 centimes) et une progression des dons par prélèvement automatique (44% des dons), d'un montant moyen de 13,4 euros (+40 centimes). Les dons collectés en ligne passent à 8% des dons, avec un montant moyen de 103 euros (+60 centimes). Le don par SMS a été mis en place en décembre 2016, pour adapter la solidarité aux nouvelles technologies et sensibiliser des donateurs plus jeunes.

Étude réalisée par Kantar Public pour France Générosités auprès d'un échantillon de 2.091 personnes, interrogées en face à face du 23 au 30 mars.

D. L. avec AFP