BFM Patrimoine

Ces maisons de stars qui ne trouvent toujours pas preneur

Chaque année, bon nombre de célébrités mettent leurs biens immobiliers sur le marché. Des maisons qui font souvent rêver, mais dont le prix de vente est si élevé qu’elles trouvent difficilement preneurs.

Chaque année, bon nombre de célébrités mettent leurs biens immobiliers sur le marché. Des maisons qui font souvent rêver, mais dont le prix de vente est si élevé qu’elles trouvent difficilement preneurs. - Patrick Kovarik - AFP

Certaines stars peinent à revendre leurs demeures, aussi somptueuses soient-elles. Il faut dire que dans la plupart des cas, elles ne sont pas à la portée de toutes les bourses.

Chaque année, bon nombre de célébrités mettent leurs biens immobiliers sur le marché. Des maisons qui font souvent rêver, mais dont le prix de vente est si élevé qu’elles trouvent difficilement preneurs. A moins de les brader… Et en matière de ristourne, Michael Jordan n’a pas fait les choses à moitié.

Le basketteur américain a baissé le prix de sa maison de 26 à 13 millions d’euros, soit une remise de 50%. Une incroyable propriété que Kofi Nartey, l’agent immobilier, n’a pas hésité à mettre en avant pour attirer les acheteurs.

Pour ce faire, le professionnel a publié pas moins de trois vidéos pour faire la promotion de la résidence du sextuple champion NBA, située dans le charmant quartier de "Hyde Park" à Chicago. Bâtie en 1995, en plein règne de "His Airness", elle dispose de 5.200 mètres carrés soigneusement agencés.

Au programme: les "basics" nécessaires au sommeil et à l’hygiène avec neuf chambres et dix-neuf salles de bain, mais également de quoi se divertir, voire organiser ses propres JO (court de tennis, terrain de basket, piscine, terrain de golf, salle de musculation). Pour convaincre les moins sportifs, une salle de cinéma est également à disposition.

>> Plus de vidéos de l'incroyable villa de Michael Jordan

Elvis Presley et Tiger Woods cherchent acquéreurs

Parmi les autres stars qui n’ont pas eu la chance de trouver un acquéreur aussi rapidement que ne l’a fait Tom Cruise, dont l’une des demeures a séduit la belle Eva Longoria -l'ex-héroïne de "Desperate Housewives"- moyennant certes un "petit" rabais, on peut citer Elvis Presley.

La maison de la légende du rock & roll, située à Palm Springs (Californie) est proposée à la vente autour de 7 millions de dollars (6,3 millions d'euros). Il faut dire qu’elle ne manque de rien: 1.430 mètres carrés d’espace habitable, quatre chambres pour cinq salles de bains, un terrain qui s’étend sur 5.000 mètres carrés, piscine, court de tennis ainsi qu’un magnifique piano proposé aux enchères et évalué à au moins 500.000 dollars.

Besoin de plus d’espace? Le golfeur Tiger Woods s’est séparé en début d’année de son île privée suédoise de 62 hectares, dont voici les principaux atouts: villa de luxe, pavillon de chasse, piste d'atterrissage, écuries, parcours de golf, port privé… Son prix: entre 4 et 6 millions d’euros selon la presse. 

La maison de Kurt Cobain plus abordable

Une autre villa aux Etats-Unis peine à trouver preneur. Il s’agit de la maison d'enfance de Kurt Cobain, le chanteur de Nirvana décédé en avril 1994. Il faut dire que l’état de la bâtisse laisse perplexe, tout comme son prix, qui peut paraître élevé (plus de détails ici).

Et pour ceux qui préfèrent opter pour la location, l'acteur de Harry Potter cherche des locataires fortunés pour occuper son appartement à New York. Toutefois, peu d'élus pourront sans doute prétendre pouvoir résider dans ce 166 m2, situé dans un building de standing signé de l'architecte Jean Nouvel.

Le bien que détient actuellement Daniel Radcliffe est en effet à louer 19.000 dollars par mois, soit 17.000 euros...

En France, pour ne citer que lui, le "palais Bulle" du célèbre couturier Pierre Cardin vient d’être mis sur le marché. Une immense propriété classée monument historique, perchée sur les hauteurs de Théoule-sur-Mer (Alpes-Maritimes). C’est l’une des plus chères de la Côte d’Azur. Selon nos informations, elle est proposée à 200 millions d’euros.

Julien Mouret