Armes chimiques en Syrie : "Bachar al-Assad a compris les messages"

Les États-Unis, puis la communauté internationale, ont menacé Damas de représailles en cas d'utilisation d'armes chimiques. Le point sur la situation avec Bruno Tertrais.

Samuel Auffray
Le 04/12/2012 à 14:25

Bruno Tertrais, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique, spécialiste des stratégies américaines et des techniques de dissuasion, réagit aux nouvelles mises en garde des Etats-Unis et de la communauté internationale à Bachar al-Assad alors que de forts soupçons pèsent sur Damas. Selon des informations américaines, la Syrie serait en train de mélanger des précurseurs chimiques du sarin.


Barack Obama, mais aussi l'Otan et Paris, viennent d’adresser un avertissement à la Syrie au sujet des armes chimiques, quel est son intérêt ?

Les premiers avertissements à la Syrie ont été lancés il y a déjà plusieurs mois. Le dernier date de juillet 2012. Il s'agit de marquer de sa présence et de son implication dans le dossier syrien.

Mais aujourd’hui, Barack Obama et les services de renseignements américains doivent avoir un certain nombre d’informations solides attestant d’une activité, d'un mouvement de l’arsenal syrien comme cela a été le cas en juillet dernier lorsque des mouvements avaient été constatés en directions des frontières.

Quelles peuvent-être ces "informations solides" ? 

Il est très difficile de le savoir, mais il est évident que, échaudés par le précédent irakien, les Etats-Unis ne bougeraient pas sans cela.

Le fait que le régime de Damas ne réagisse pas montre-t-il qu’il s’agit d’une volonté de dissuader la communauté internationale d’intervenir sur le sol syrien ?

Il y a quelques mois déjà que la Syrie a avoué posséder des armes chimiques mais l’utilisation d’armes chimiques par Bachar al-Assad me semble extrêmement improbable.

Je pense que les messages de fermeté de la communauté internationale ont été compris. Pour autant, elles restent un moyen de dissuasion très fort pour le régime syrien car, comme en juillet dernier, il ne manque jamais de rappeler qu'il ne les utiliserait qu'en cas d'attaques extérieures, pas contre l'opposition ou son peuple.

Les armes chimiques, très faciles à concevoir mais très destructrices, sont-elles la barrière à ne pas franchir ?

En cas d’utilisation des armes chimiques, une intervention militaire se mettrait en place très rapidement afin de sécuriser l’arsenal détenu par Bacahr al-Assad.

La Chine et la Russie peuvent-ils influencer ce dossier ?

La position chinoise est inconnue sur le sujet mais nul ne doute que la Russie serait bien embarrassée en cas de mouvement avéré et d’un projet d’utilisation des armes chimiques.

Toute l'actu International

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?