BFM Patrimoine

Semi-conducteurs : la ruée vers "l’or électronique"

Avec Avago/Broadcom, Intel/Altera et Tsinghua/Micron si elle se fait, on est à l'aube d'une année de tous les records en matière de fusions dans le secteur des composants éléctronique.

Avec Avago/Broadcom, Intel/Altera et Tsinghua/Micron si elle se fait, on est à l'aube d'une année de tous les records en matière de fusions dans le secteur des composants éléctronique. - Justin Sullivan - Getty Images North America - AFP

La proposition de l’entreprise d’Etat chinoise Tsinghua sur Micron Technologies à 23 milliards de dollars pourrait être la plus grosse offensive de la Chine sur une entreprise américaine. Une preuve de plus que le secteur des composants est en ébullition en ce moment.

Ce pourrait être le "coup du siècle" pour la Chine sur le marché de la high tech. L’offensive évoquée par le Wall Street Journal de Tsinghua sur Micron Technologies serait de nature à complètement chambouler le marché des composants électronique, stratégique pour l’ensemble de la haute technologie en ce moment.

L’américain Micron Technologies est un des spécialistes mondiaux des puces à mémoires, une véritable matière première ou considérée comme telle, tant ces éléments sont abondants dans tous les serveurs géants qui servent à la conservation des données numériques. Alors qu’explose le marché du Big Data, les serveurs pourraient en être les transports, et les composants électroniques leur carburant.

Besoin de savoir-faire et de brevets

C’est pourquoi l’offensive de Tsinghua est aussi essentielle et importante pour la Chine. D’ailleurs, le groupe est une société d’Etat chinoise, et le pays qui doit accroître rapidement sa présence sur ces secteurs cruciaux, a besoin de brevets et de technologies spécifiques. L’essentiel des groupes d’électronique chinois produisant avant tout des composants plus classiques, de moindre valeur ajoutée. Les entreprises chinoises ont donc besoin de brevets et de savoir-faire spécifique, et en cela, Micron, déjà présent sur tous les segments de l’équipement pour serveurs, est une proie rêvée. Tsinghua est prêt à mettre le prix pour obtenir un formidable gisement de ce "pétrole" high-tech.

Secteur hautement stratégique

Cela explique aussi que la dernière plus grosse opération chinoise aux Etats-Unis fut le rachat de SmithFoods, spécialisé dans la transformation de viande, en 2013. Là encore, il s'agit d'un intérêt stratégique primordial. Et c’est justement ce côté stratégique qui pourrait susciter la méfiance des autorités américaines. Au vu de la taille de l’opération, et du côté stratégique de l’entreprise, il y a de fortes chances que le Comité Américain des Investissements Etrangers regarde le dossier de près. Il peut s’en saisir et rendre un avis, pouvant déboucher sur un veto gouvernemental, comme ce fut le cas en 2006, où le Sénat a bloqué la vente de certains ports de commerce américains à une société des Emirats Arabes Unis, pour des questions de sécurité.

Méga opérations en série

On se souvient aussi qu'il y a quelques années, après la révélation du scandale des écoutes de la NSA, les ventes de serveurs du côté de chez Cisco ou IBM s’étaient effondrées en Chine, les entreprises craignant des risques d’espionnage électronique. On est donc face à une industrie qui prend une dimension proprement stratégique, d’autant plus que le secteur a encore besoin de concentration pour s’adapter à la nouvelle donne mondiale.

C’est pourquoi de très grosses opérations ont eu lieu ces derniers mois, et notamment le rachat fin mai de Broadcom (spécialiste des puces programmables) par Avago pour 37 milliards de dollars.

Données, communications et objets connectés

C’est à ce jour la plus importante opération de l’histoire des semi conducteurs, avec en toile de fond le besoin toujours plus pressant en produits spécifiques, les puces mobiles de Broadcom étant au centre du développement de la téléphonie mobile depuis des années, et en plein essor des objets connectés.

Même objectif pour Intel début juin, avec l’annonce du rachat d’Altera pour près de 17 milliards de dollars, ce dernier étant spécialiste des composants à faible consommation d’énergie, essentiels dans le développement des objets connectés et des serveurs de données.

Une industrie en pleine transformation

On assiste donc avec l’ensemble de ces opérations à une transformation de très grande envergure d’une industrie, qui jusqu’à il y encore quelques années passait de la logique de production de masse de composants pour PC, a des produits plus spécifiques pour la téléphonie et la communication mobile.

Cette nouvelle phase de mutation devrait en l’occurrence se traduire par de nouvelles fusions géantes, et de nouvelles considérations stratégiques de nature à voir émerger de nouvelles superpuissances et des regroupements en série, dans un des secteurs les plus suivis qui soit.

Antoine Larigaudrie