BFM Patrimoine

Semaine en dents de scie à la Bourse de Paris

Le CAC 40 termine la semaine dans le vert.

Le CAC 40 termine la semaine dans le vert. - Fred Dufour - AFP

Le CAC 40 a gagné 2,22% ce vendredi 31 octobre. Sur cinq jours, il progresse de 2,52%.

Le CAC 40 aura joué au yoyo cette semaine. Ce vendredi 31 octobre, il a gagné 2,22% à 4.233 points. La décision surprise de la Banque du Japon d'augmenter ses rachats d'actifs a rendu euphoriques les marchés financiers, mais illustre surtout la divergence des trajectoires économiques des grandes puissances.

"Appelez cela la surprise d'Halloween", commentait vendredi l'analyste Phil Flynn, de Price Futures Group.

Contre toutes attentes, la BOJ a annoncé que son programme de rachat d'actifs allait augmenter, augurant d'un nouvel afflux de liquidités sur des marchés financiers déjà bien nourris. Mais ces derniers étaient confrontés à la fin d'un programme similaire, celui de la banque centrale américaine, entérinée mercredi.

L'indice parisien avait pourtant commencé la semaine sur un recul de 0,78%, avant de se reprendre mardi (+0,39%). Mais dès mercredi, il avait terminé quasi stable (-0,05%). Jeudi, il avait progressé de 0,74%. Ainsi, sur cinq jours, le CAC 40 a progressé de 2,52%.

Sanofi chute

Du coté des valeurs, Alcatel-Lucent s'est envolé cette semaine. Le titre a progressé de 21,13% sur 5 jours, signant ainsi la plus forte hausse du CAC 40. L'équipementier en télécommunications a surpris favorablement les investisseurs en améliorant ses marges au troisième trimestre malgré des ventes un peu moins élevées qu'attendu. Le groupe est pratiquement revenu à l'équilibre lors de ces trois mois, avec une perte nette limitée à 18 millions d'euros, contre 200 millions d'euros sur la même période de l'an dernier.

En revanche, Sanofi a été fortement bousculé. Le titre a perdu 12,93% sur la semaine. Le groupe pharmaceutique a annoncé mercredi l'éviction de son directeur général Christopher Viehbacher, accusé de gérer en solitaire les destinées de l'entreprise. Le président du conseil d'administration Serge Weinberg assure à titre intérimaire la fonction de président directeur général, en attendant la nomination d'un nouveau directeur général.

Diane Lacaze