BFM Patrimoine

Pourquoi Bic chute en Bourse

Les ventes de rasoirs diminuent aux États-Unis

Les ventes de rasoirs diminuent aux États-Unis - BIC

Début d'année difficile pour Bic, qui a vu son chiffre d'affaires ainsi que son bénéfice net reculer au premier trimestre, pénalisés par ses ventes en Amérique du Nord.

-10% en Bourse, près de 600 millions de capitalisation partis en fumée: voici en quelques chiffres la terrible journée que connaît Bic sur les marchés. Il faut dire que le début d'année a été difficile pour le spécialiste des briquets, entre autres. Son bénéfice net a reculé de 2,7% à 49,7 millions d'euros tandis que son chiffre d'affaires a chuté de 4,1% à taux de change constants, à 469,2 millions d'euros, pénalisé par son plus gros marché: l'Amérique du Nord.

Le groupe explique avoir souffert d'une base de comparaison défavorable dans la papeterie, où son premier trimestre 2016 avait été "très bon", mais aussi d'un marché difficile dans ce secteur aux États-Unis, notamment dans le réseau de la grande distribution. Dans les rasoirs, Bic est bousculé aux États-Unis par le succès de la vente en ligne de lames, avec de nouveaux acteurs comme Dollar Shave Club, racheté par Unilever pour 1 milliard de dollars en 2015, ou Harry's.

Lancement de Bic Shave Club en France

Le groupe a déjà tenté de réagir en France en lançant récemment son propre abonnement Bic Shave Club pour des rasoirs trois lames (cinq euros par mois) et cinq lames (neuf euros par mois). S'il ne s'agit que d'un test qui "va permettre [au groupe] d'apprendre" dans ce domaine, comme l'avait expliqué à l'époque le nouveau directeur général délégué Gonzalve Bich, nul doute que Bic compte ensuite élargir cette offre à d'autres pays afin de regagner des parts de marché dans ce segment.

Malgré ses déconvenues nord-américaines, le groupe a tout de même maintenu ses objectifs annuels, à savoir une croissance organique d'environ 5% et une marge d'exploitation normalisée d'environ 17,9% (contre 18,9% en 2016 et 17,3% au premier trimestre 2017). Bic espère ainsi redresser la barre au cours des prochains trimestres avec de nouveaux lancements dans la papeterie aux États-Unis et poursuivre sa "bonne performance" dans les rasoirs en Europe de l'Est et en Amérique latine.

S.B. avec AFP