BFM Patrimoine

L’inquiétude des entreprises européennes quant à leurs activités internationales grandit, selon une étude menée par ACE

BFM Patrimoine
Plus de la moitié des entreprises européennes (52 %) estiment qu'il est devenu plus risqué de faire des affaires à l'échelle internationale depuis ces cinq dernières années et 95 % d'entre elles affirment s'être pr

Plus de la moitié des entreprises européennes (52 %) estiment qu'il est devenu plus risqué de faire des affaires à l'échelle internationale depuis ces cinq dernières années et 95 % d'entre elles affirment s'être préoccupée davantage du risque inhérent aux activités multinationales et à l'exportation au cours de cette période, selon une nouvelle étude publiée aujourd'hui par ACE Group.

L'étude commandée par ACE identifie quatre facteurs principaux qui ont amené les entreprises européennes à réévaluer leur approche vis-à-vis des risques inhérents à leurs activités multinationales : les conséquences des catastrophes naturelles (42 %), les crises financières (38 %), une plus grande dépendance par rapport à leurs revenus d'exportation (37 %) et le terrorisme international (33 %).

L'étude révèle que la moitié des entreprises européennes considèrent être insuffisamment préparées à gérer les risques multinationaux et ceux découlant de l'exportation. Selon les personnes interrogées, les secteurs d'activité les plus exposés à l'heure actuelle sont : les risques qui découlent de la responsabilité des dirigeants (directors and officers – D&O) (46 %), les risques environnementaux (39 %), les risques d'atteinte à la réputation (38 %) et les risques de Responsabilité Civile (35 %).

En dépit de ces inquiétudes, seule la moitié des entreprises européennes a actuellement en place un programme multinational d'assurance permettant de couvrir leurs risques à l'échelle mondiale. Globalement, seulement 13 % des entreprises estiment avoir un programme d'assurance adapté à leurs besoins multinationaux. Parmi elles, 50 % pensent que leur programme présente des lacunes importantes au niveau de la garantie et 41 % estiment qu'il y a de sérieux problèmes de conformité liés essentiellement a la police locale d'assurance (48%), le règlement des sinistres (40 %) et la cohérence de la couverture DIC/DIF* (36 %).

Jeff Moghrabi, Directeur Général de ACE France, a déclaré : « Depuis le début de la crise financière mondiale, de nombreuses entreprises ont concentré leurs efforts sur la croissance de leurs revenus à l'étranger alors que nous observons simultanément une rupture en matière de réglementations et de conformité à l'échelle mondiale. Il n'est donc peut-être pas surprenant que plus de la moitié des entreprises françaises (53 %) considèrent être mal préparées pour faire face aux risques multinationaux.

Plus préoccupant encore, 89 % des entreprises françaises estiment que leurs programmes internationaux d'assurances présentent de sérieuses lacunes. Compte tenu des disparités importantes d'un pays à l'autre en matière de fiscalité, de réglementation et de législation, il est plus crucial que jamais pour les entreprises à vocation internationale de travailler avec des partenaires assureurs compétents afin d'élaborer et de mettre en œuvre un programme d'assurance multinational complet, transparent et conforme. »

*Différence de conditions (DIC)/ différence de limites (DIL).

Note aux éditeurs

ACE Group est l'une des plus grandes sociétés d'assurance multi-lignes en Dommage et Responsabilités. Avec des opérations dans 53 pays, ACE propose des assurances dommages – responsabilité, des assurances accident personnel, des assurances santé complémentaires, des réassurances et des assurances-vie, à différents groupes de clients. ACE Limited, la société mère de ACE Group, est cotée à la Bourse de New York (NYSE:ACE) et fait partie de l'indice S&P 500.

D'autres informations peuvent être obtenues à : www.acegroup.com/eu

Notes aux rédacteurs:

L'étude pour ACE Europe a été effectuée entre le: 13/04/2012 et le 03/05/2012 par Opinion Matters qui s'est adressé à 606 responsables européens : responsables des risques, CGR, Directeurs financiers, Directeurs des opérations et personnes responsables de la souscription d'assurances pour des sociétés ayant un chiffre d'affaires de plus de £500 millions pour le Royaume-Uni, et leurs équivalents dans les pays européens.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Louise Naqvi, Grayling
+44(0) 207 592 7924
Louise.naqvi@grayling.com

Business Wire