BFM Patrimoine

L'assurance-vie connaît une belle embellie en octobre

L'assurance-vie enregistre sa plus forte collecte nette depuis 15 mois

L'assurance-vie enregistre sa plus forte collecte nette depuis 15 mois - -

Après trois mois moroses, la collecte nette repasse dans le vert à 1,7 milliard d’euros. Une embellie qui conforte les derniers chiffres records du Livret A et du livret de développement durable.

Le mois d’octobre aura décidément été béni pour les produits d'épargne favoris des Français. Après le livret A et le livret de développement durable (LDD) qui ont amassé la manne record de 21,3 milliards d’euros, l’assurance-vie a connu un important regain de santé.

Après deux mois légèrement dans le rouge, la collecte nette repasse ainsi dans le vert, à 1,7 milliards d’euros, selon les chiffres publiés ce jeudi 22 octobre par l’Association française de l’assurance (Afa). Ce chiffre témoigne tout simplement de la collecte nette positive la plus forte depuis quinze mois, c’est-à-dire juillet 2011.

(source: Afa)

Autre indicateur positif : les cotisations ont connu une hausse de 24% sur ce même mois par rapport à octobre 2011. C’est la première fois depuis presque un an que les versements sont en hausse sur un mois, par rapport au même mois de l’année précédente.

Pour la FFSA (Fédérations françaises des sociétés d’assurance), cette embellie est due "à la volonté" des épargnants de vouloir diversifier leur placement" ainsi qu'"aux bons signaux envoyés" par le pouvoir. Il est vrai que Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, avait martelé que le gouvernement n’avait pas l’intention de toucher à la fiscalité du livret A, sauf éventuellement dans le but de favoriser une détention plus longue.

Le rapport Gallois préconisait au contraire d’allonger la durée de vie des contrats d'assurance-vie et de favoriser la fiscalité des contrats en unités de compte, c’est-à-dire davantage investis en actions.

A ce sujet, la Cour des comptes observait cet été que "les gestionnaires d’assurance-vie apportent une contribution de plus en plus limitée au financement des entreprises résidentes". Elle critiquait aussi les incitations fiscales très fortes dont bénéficient l’assurance-vie mais aussi le livret A et le LDD.

Simple sursaut ?

Mais ces produits sont bel et bien épargnés par le gouvernement. Ce qui n’est pas le cas des autres. Ainsi Philippe Crevel, président du Cercle des épargnants, note que si l’assurance-vie et les livrets réglementés n’ont pas vu leur fiscalité alourdie par le gouvernement, ce n'est pas le cas des "livrets bancaires et les comptes titres qui peuvent être pénalisés par les annonces du gouvernement".

Autrefois soumis au prélèvement forfaitaire libératoire, les revenus de ces placements seront désormais soumis à l’impôt sur le revenu. Ainsi Philippe Crevel explique que les Français font de "l’optimisation fiscale" en plébiscitant davantage l’assurance-vie et les livrets non bancaires.

Il note deux autres facteurs expliquant le mois d’octobre record pour l’épargne : la baisse des transactions immobilières et le dégonflement des liquidités placés sur les comptes courant. En raison du premier facteur, les Français ont moins besoin de prendre sur leur épargne pour financer l’achat dans la pierre. Le deuxième traduit, là encore, un possible transfert de l’épargne des comptes courants vers des livrets ou vers l’assurance-vie.

Toutefois la FFSA prévient : "si ce mois est bon pour l’assurance-vie, nous ne présageons de rien pour les mois suivant". Autrement dit la prudence est de mise : ce rebond ne pourrait être qu’un simple sursaut.

Julien Marion