BFM Patrimoine

Europe: attentisme avant le rendez-vous de la BCE.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les Bourses européennes n'évoluent guère par rapport à ce matin, ne se laissant pas influencer dans un sens ou dans l'autre par les données contrastées publiées cet après-midi aux Etats-Unis. Milan et Lisbonne prennent 0

(CercleFinance.com) - Les Bourses européennes n'évoluent guère par rapport à ce matin, ne se laissant pas influencer dans un sens ou dans l'autre par les données contrastées publiées cet après-midi aux Etats-Unis.

Milan et Lisbonne prennent 0,7%, et Madrid 0,5%, tandis que Francfort et Amsterdam se stabilisent, et que Bruxelles cède 0,1%, Paris 0,2%, Londres et Zurich 0,3%. A New York, le Dow Jones recule de 0,2% et le Nasdaq de 0,1%.

'Tout dépend maintenant de la BCE et les investisseurs préfèrent se tenir à l'écart sachant que les annonces que fera la banque centrale la semaine prochaine pourraient ne pas être aussi spectaculaires que prévu', explique-t-on chez IG.

'L'idée d'un 'quantitative easing' à l'européenne, c'est-à-dire la possibilité de racheter massivement des titres obligataires souverains, a fait son chemin et les investisseurs n'en attendent pas moins', prévient Judith Danan, head of sales trading de CMC Markets France.

Préoccupés par la BCE, les opérateurs ne tiennent guère compte du recul surprise de 0,1% des dépenses des ménages américains au mois d'avril (contre +0,2% attendu) tandis que leurs revenus ont progressé comme prévu de 0,3%.

En revanche, l'indice PMI de Chicago s'est établi à 65,5 au titre de ce mois-ci, alors que les économistes prévoyaient en moyenne une baisse aux environs de 60, après le niveau de 63 annoncé pour le mois d'avril.

Enfin, l'indice de confiance du consommateur 'UMich' a été révisé en hausse très limitée à 81,9 pour le mois de mai, contre une estimation préliminaire de 81,8, alors que les économistes anticipaient en général un relèvement plus prononcé.

De ce côté de l'Atlantique, les ventes de détail en Allemagne ont diminué au mois d'avril par rapport à mars, de 0,9% en termes réels et de 1% en termes nominaux, selon les données corrigées de variations saisonnières et calendaires.

Côté valeurs, BNP Paribas perd 3,5% à 50,8 euros à Paris, plombée par des rumeurs selon lesquelles les Etats-Unis voudraient infliger une amende de plus de 10 milliards de dollars à la banque en raison d'une supposée infraction à leur embargo sur certains pays.

A Francfort, Bayer avance de 0,7% à 105,8 euros, alors que la Commission européenne a autorisé la mise sur le marché du Nexavar contre le cancer thyroïdien différencié. Le médicament est présenté comme le seul traitement en Europe et aux Etats-Unis.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance