BFM Patrimoine

Eni: Morgan Stanley relève son conseil à l'achat.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Dans le cadre d'une note sectorielle sur les compagnies pétrolières européennes, les analystes de Morgan Stanley ont relevé du conseil neutre de 'pondération en ligne' à celui, acheteur, de 'surperformance' sur le titre du

(CercleFinance.com) - Dans le cadre d'une note sectorielle sur les compagnies pétrolières européennes, les analystes de Morgan Stanley ont relevé du conseil neutre de 'pondération en ligne' à celui, acheteur, de 'surperformance' sur le titre du groupe pétrogazier italien Eni. Ils estiment que les perspectives du titre sont trop faiblement valorisées. L'objectif de cours correspondant est de 20,2 euros. En Bourse de Milan, l'action Eni prend 0,2% à 17,8 euros.

Certes, depuis le début de l'année, les actions du secteur énergétique ont sous-peformé le marché de l'ordre de 16%. De ce fait, les valorisations sont désormais modérées. Le PER relatif, le rapport aux valeurs d'actif et le ratio de dividende sont tombés sous les moyennes historiques.

'Dans un contexte de croissance économique faible et des taux d'intérêt bas, nous pensons qu'en 2013, les titres qui se comporteront le mieux seront ceux dont le rendement procuré par le dividende sera élevé et soutenable, ou celles dont les perspectives de croissance ne sont pas liées à la conjoncture macro-économique', indique la note de recherche.

Conseillé à l'achat avec une cible de 2.550 pence (à Londres), Royal Dutch Shell est distingué pour son rendement élevé et soutenable, la solidité de son bilan et ses réserves.

Mais Eni, soulignent les analystes, présente des caractéristiques similaires. Le titre italien offre aussi des perspectives de hausse de son coupon, étant donné les importants cash-flows qui s'annoncent. Si le groupe se défaisait des 20,2% qu'il lui reste dans Snam et de ses 16% environ dans Galp, 'le ratio de dette nette sur fonds propres tomberait à 4,10% en 2013', calculent les analystes. Il faudrait ensuite dix années consécutives à 50 dollars le baril de pétrole pour que le

Cercle Finance