BFM Patrimoine

EDF bientôt sorti du CAC 40?

La situation boursière d'EDF "s'est détériorée", ce qui justifierait une sortie de l'indice, selon Société Générale.

La situation boursière d'EDF "s'est détériorée", ce qui justifierait une sortie de l'indice, selon Société Générale. - Eric Piermont - AFP

Lors de la révision trimestrielle de l'indice parisien, le groupe français pourrait laisser sa place à la foncière Klépierre, selon une note de Société Générale.

Alors que son rapprochement avec Areva est en très bonne voie, EDF pourrait potentiellement céder sa place au sein du CAC 40, lors de la révision trimestrielle de l'indice phare de la Bourse de Paris. C'est en tout cas ce qu'indique une note de Société Générale publiée lundi.

Les entrées et sorties de valeurs au sein du CAC 40 sont entre les mains du Conseil scientifique des indices d'Euronext, qui se réunit dans la plus grande discrétion quatre fois par an. La prochaine revue d'effectifs "devrait être faite au plus tard le 10 décembre", ont noté les analystes de Société Générale. Selon eux, la situation boursière du groupe EDF "s'est détériorée" ce qui en fait du coup "un candidat sérieux pour l'élimination".

Chute de 38% en 2015

"Même si sa sortie serait politiquement sensible", leur position boursière actuelle "justifie difficilement un maintien dans l'indice", ont-ils ajouté en faisant référence au statut public de l'entreprise détenue à plus de 84% par l'État. Société Générale se fonde sur deux critères, à savoir la valorisation boursière et le nombre de titres échangés, qui sont un peu différents de ceux utilisés par le Conseil des indices.

Ce dernier s'appuie sur deux critères majeurs, la taille du capital flottant (capital négociable en Bourse) et le nombre d'échanges enregistrés sur les titres. Depuis le début de l'année, le titre EDF a perdu près de 38%.

A l'inverse, pour les analystes de Société Générale, le "candidat le plus près" d'une entrée dans l'indice est Klépierre, suivi de peu par la société de services informatiques Atos. Le dernier changement dans la composition de l'indice CAC 40 avait eu lieu en mars dernier avec l'arrivée du constructeur automobile Peugeot et la sortie du spécialiste de la sécurité numérique Gemalto. La dernière réunion du Conseil des indices s'était conclue au début du mois de septembre par un statu quo au sein du CAC 40.

Y.D. avec AFP