BFM Patrimoine

Doit-on exclure les mauvais élèves de l'euro ?

-

- - -

Les Pays-Bas proposent que les États de l'UE qui ne respectent pas les contraintes budgétaires et affaiblissent leurs voisins européens soient exclus de l'euro. Serait-ce souhaitable pour la France ? Débat.

L'idée est de protéger les pays vertueux des éventuelles dérives des mauvais élèves. Le gouvernement néerlandais suggère ainsi que lorsqu'un Etat membre ne respecte pas le pacte de stabilité, les aides européennes seraient dans un premier temps diminuées. Puis le droit de vote serait perdu. Et en dernier recours, l'exclusion de la zone euro serait prononcée.

« Il faut absolument sortir de l'euro »

L'économiste Philippe Simonnot, auteur de « Le jour où la France sortira de l'euro », estime l'idée excellente et suggère même que la France en « bénéficie ». Pour lui, « il faut absolument sortir de l'euro pour sortir de l'impasse. Nous ne sommes plus compétitifs. L'euro est tout à fait adapté pour l'Allemagne mais pas à notre économie. On pourrait ainsi dévaluer librement le franc et retrouver de la croissance. Certes, il y aura des aspects négatifs. Mais le positif l'emportera ».

«Si la France quittait l'euro avant l'Allemagne, ça serait une catastrophe»

L'économiste Christian Saint-Etienne estime au contraire que ce type de sanction provoquerait d'immenses dégâts économiques. « Il est impossible pour les pays faibles de sortir de l'euro. Et malheureusement, la France fait aujourd'hui partie des pays faibles. Si nous sortions plus tôt que l'Allemagne, ça serait la catastrophe. Notre dette exploserait, l'inflation aussi. On arriverait à un appauvrissement de la société. Ca serait terrible en termes stratégique et social ».