BFM Patrimoine

Attentats de Bruxelles: la Bourse baisse légèrement

Le secteur aérien est sans doute celui qui est le plus attaqué ce matin sur les bourses européennes après les attentats de Bruxelles.

Le secteur aérien est sans doute celui qui est le plus attaqué ce matin sur les bourses européennes après les attentats de Bruxelles. - Boris Roessler - DPA - AFP

"Aérien, hôtellerie, loisirs… Sur les marchés européens, ces secteurs pâtissent des attentats qui ont endeuillé ce mardi la capitale belge. L'euro est également en baisse."

Les bourses européennes accusent logiquement le coup. Malgré des signaux de marché qui laissaient augurer une ouverture stable, l’annonce des attentats de Bruxelles a sensiblement pesé ce mardi matin sur les marchés boursiers. La prime de risque géopolitique a fait sa réapparition et occasionne de la volatilité.

Le secteur aérien le plus touché

A l’ouverture, le CAC40 perdait 0,8%. La baisse s'est ensuite amplifiée à plus de 1,5% avant de se réduire progressivement. Mais la tendance reste chaotique.

Le secteur aérien est, sans surprise, le plus affecté. Air France KLM cède plus de 4%. Lufthansa, plus de 2%, EasyJet, près de 3,5%, RyanAir 4,3%. A noter aussi Aéroport de Paris qui chute de 3%. Dans le même ordre d’idées, Eurotunnel perdait près de 3%.

Loisirs et assurances dans le sillage

Les secteurs du tourisme et des loisirs sont également l’objet de dégagements, avec Thomas Cook (-4,4%) TUI (-3,2%), où, sur le marché parisien, Pierre et Vacances qui cède 1,2%. Euro Disney n’est, en revanche, que peu touché avec une baisse inférieure à 1%.

Le secteur des assurances est dans le rouge également. AXA perd 1,3% et Allianz près de 1%.

L'euro décline face au dollar 

En revanche, comme on l’a vu lors des précédentes vagues d’attentats à Paris, le secteur de la défense bénéficie, au contraire, d’une forte demande. Thalès par exemple gagne 1,2%.

Quant à l’euro, il s’est logiquement affaibli notamment contre le dollar, alors qu’on avait commencé la semaine au-dessus de 1,13. Ce matin, la devise européenne a décroché en direction des 1,12, qui semblent constituer un niveau d’équilibre. Il est clair que le dollar reprend ponctuellement des forces, du fait de la résurgence de cette prime de risque géopolitique.

Antoine Larigaudrie