BFM Patrimoine

Les Français sous-estiment l'aide de l'État lors de travaux d'isolation

Les aides de l’État en matière de travaux d’isolation sont sous-estimées par 58% des Français, selon un sondage OpinionWay pour Monexpert-isolation.fr.

Les aides de l’État en matière de travaux d’isolation sont sous-estimées par 58% des Français, selon un sondage OpinionWay pour Monexpert-isolation.fr. - Boyan Topaloff - AFP

Selon une étude, seuls 6% des ménages connaissent exactement le montant financé par l'État lors de la réalisation de travaux d’isolation. Ils demandent plus de transparence sur l'existence de cette aide.

Voilà un sondage qui tombe à point nommé. Alors que le thermomètre affiche des températures négatives dans certaines villes de France, quel est le premier réflexe pour ne pas avoir froid à la maison? Pour 64% des Français, la technique la plus fiable consiste à s’habiller plus chaudement, révèle un sondage OpinionWay pour Monexpert-isolation.fr. 

Autres solutions envisagées par les personnes interrogées, s’envelopper dans un plaid ou une couverture (36%) mais aussi augmenter le chauffage (22%). Et pour ceux qui ont la chance d’avoir une cheminée dans leur logement, se réchauffer auprès du feu est une priorité (15%). D’autres (11%) essaient tant bien que mal de bloquer l’air froid en mettant par exemple un boudin sous la porte, tandis qu’une minorité (5%) préfère utiliser une bouillotte.

Pourtant, à en croire cette étude, c’est le toit qui constitue la principale zone de déperdition de chaleur dans un logement, ce que reconnaissent d’ailleurs 36% des sondés. Même si, il faut le souligner, ce sont les fenêtres qui sont le plus souvent citées (65%), devant les portes, les conduits de ventilation ou les murs.

Seuls 6% des Français savent

Les Français ont donc bien conscience que la réalisation de travaux d’isolation est la solution la plus radicale pour ne plus avoir froid. Reste que leur budget est limité à 2.960 euros en moyenne, selon l’enquête, sachant qu’une nette majorité d’entre eux sont prêts à dépenser moins de 1.000 euros pour ce type d’intervention.

Ils auraient quand même tort de se priver car une part non négligeable de ces travaux est financée par l’État. Une aide malheureusement sous-estimée par 58% des participants, et parfaitement connue par seulement 6% d’entre eux. En effet, un ménage peut bénéficier d’un crédit d’impôt de 30% du montant des dépenses éligibles (hors main d’œuvre sauf exceptions), à condition...

Cliquez ici pour lire la suite

Julien Mouret