BFM Patrimoine

Immobilier: Bordeaux deviendra-t-elle la 2e grande ville la plus chère de France?

Quartier des Chartrons à Bordeaux.

Quartier des Chartrons à Bordeaux. - Wikimédia

Sur les 12 derniers mois, les prix des logements à Bordeaux ont grimpé de 10%, quand à Paris ils n'ont progressé "que" de 6,6% sur la période. Et avec l'arrivée attendue de la ligne à grande vitesse, cela ne devrait pas arranger les choses. Les professionnels de l'immobilier tirent la sonnette d'alarme.

À l'occasion de la dernière étude de MeilleursAgents, c'est une véritable alerte que lancent aujourd'hui les professionnels de l'immobilier qui observent, mois après mois, une remontée des prix dans les villes de France les plus dynamiques. Il y a bien sûr Paris, où les prix des logements anciens ont atteint des niveaux record au premier trimestre (8.743 euros/m²), les acheteurs continuant à bénéficier de taux de crédit suffisamment attractifs pour sauter le pas de l'acquisition.

Mais d'autres grandes agglomérations ne sont pas en reste, à commencer par Bordeaux, pour laquelle MeilleursAgents présente des chiffres impressionnants: +1,5% sur le seul mois de mars, près de 6% de hausse depuis le début de l'année et... une flambée de 10% sur un an, quand les prix dans la capitale n'ont progressé que de 0,3% le mois dernier (+2,7% depuis janvier et "seulement" +6,6% sur les 12 derniers mois).

Le site d'estimations immobilières tire la sonnette d'alarme. "Attention, la surchauffe guette! L’attractivité de la ville ne se dément pas mais elle devient de moins en moins accessible", prévient le spécialiste. Il y a quelques jours, c'est le baromètre LPI-SeLoger qui annonçait une forme de surchauffe à Bordeaux. En mars, on y frôlait les 4.000 euros le mètre carré pour les appartements anciens (3.907 euros précisément), cap qu'a déjà franchi Lyon (4.085 euros/m²).

"Le risque c'est d'assister à une explosion des prix"

Parmi les villes françaises les plus chères, Bordeaux est en train de s'imposer progressivement (avec Lyon) sur le podium, derrière Paris mais devant Nice qui se maintenait jusque-là à la deuxième place. Et avec l'arrivée attendue de la nouvelle ligne à grande vitesse reliant Bordeaux à Paris en 2 heures, l'attrait pour la ville devrait se renforcer.

"Cela va être l'élément absolument majeur que l'on va ressentir, je pense, dès le dernier trimestre 2017. Et sur 2018 on devrait voir une hausse des prix de l'immobilier significativement augmentée", déclarait en début d'année Karl Toussaint du Wast, cofondateur du site Netinvestissement.fr, sur BFM Business.

"Le risque c'est d'assister à une explosion des prix", s'inquiétait récemment Catherine Coutellier, patronne des syndics de la région, dans un entretien à la Tribune. Selon elle, les tarifs à 6.000 euros/m² dans l'îlot Cheverus, ensemble chic du centre-ville, sont l'un des signes précurseurs d'une prochaine flambée.

Julien Mouret