En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le ministre de l'Education Vincent Peillon doit présenter mercredi en Conseil des ministres, le projet de loi sur la refondation de l'école.
 

Alors que les enseignants parisiens manifestent mardi contre la réforme des rythmes scolaires, Vincent Peillon présente mercredi en Conseil des ministres le projet de loi sur la refondation de l'école. BFMTV.com revient sur les grands axes du projet de loi et ses points d'achoppement.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

27 opinions
  • Gedeonteuzemany
    Gedeonteuzemany     

    Avez-vous bien compris ce que j'ai dit ? En tous cas, je comprends ce que vous dite. Pour vous, un ouvrier ne peut être que "simple". Bon soit ! c'est une expression ! Mais c'est à force de faire son travail en "simple" ceci ou cela, que l'on finit par voir partir en Roumanie ou plus loin encore vos fameuse "entreprises" qui s'en vont chercher des gens qui ont la "simplicité" encore plus servile.

    Et puis, pourquoi donc un travail devrait-il être fatiguant et stressant. N'a-t-on pas les moyens aujourd'hui de se débarrasser du vieil oukase divin ?
    N'est-on pas en droit d'attendre du troisième millénaire, qu'il voit l’avènement du travail enrichissant et libérateur ?

    Tripalium, l' instrument de torture ?

  • SASHA2459
    SASHA2459     

    La base du racisme va devenir ce que le gouvernement socialiste est en train de mettre en place : une France à deux régimes : un régime public comprenant les fonctionnaires et régimes spéciaux avec leurs privilèges (travail garanti à vie et retraite garantie à 75% des 6 derniers mois de salaires) et un régime privé comprenant tous les salariés du privé qui seront "laissés pour compte" (chômage indemnisé non plus sur 2 ans mais 1 an bientôt et retraites revues à la baisse car le régime général est "ponctionné" pour payer les retraites des fonctionnaires et régimes spéciaux qui sont en déficit ! Ce n'est pas du tout "dresser les unes contre les autres" mais DENONCER UNE INJUSTICE ET UNE INEGALITE des droits sociaux et droits à la retraite de TOUS LES FRANCAIS !!!

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Si une réforme est mauvaise, peu importe la manière dont elle est bloquée, tant qu'elle est bloquée.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    L'éducation nationale est gangrénée par le corporatisme, le syndicalisme, les feignants, les profiteurs, les "il faut que" et les propagandistes. Même si on ne peut pas généraliser. Même si ce ne sont pas les seuls. Mais balayez tout de même devant votre porte, ça vous évitera de passer pour quelqu'un qui soutien toutes ces dérives inacceptables financées par le contribuable. De plus un agent ne fait pas "le ménage" dans une administration. Il rejoint l'administration et le statut qu'elle offre. Raison pour laquelle bon nombre en sont dégoutés.

  • Casuffit
    Casuffit     

    L'arme favorite de la droite depuis des années : dresser les catégories de personnes, de travailleurs les unes contre les autres, sur la base de "j'ai moins que mon voisin alors que je suis mieux que lui". C'est la base du racisme notamment. Bravo !

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Non mais arrêtez un peu avec ces histoires anti prof. Qui est volontaire pour que son gamin aille à l'école un mercredi matin ? Comment vous allez faire pour aller le chercher à la sortie ? Trouver des gens pour le garder et qui acceptent/ont les moyens de se déplacer pour aller chercher des enfants à la sortie. Ou le samedi matin. Et vous allez partir voir la famille le samedi midi au milieu des bouchons, plutôt que le vendredi soir ou le samedi matin (trafic divisé par deux) ? Et les après midi en semaine, quand l'enfant sortira une demi heure plus tôt vous ferez comment pour aller le chercher puisque vous, vous finirez toujours aussi tard ? C'est sûr que les enfants des allocataires qui vivent à nos crochets et qui n'ont rien d'important à faire à par pointer une fois par mois (et encore), eux, ils seront dehors plus tôt. Il y a trop d'heures de cours ? Et bien qu'ils leur donnent moins de choses inutiles à apprendre. Bref qu'on soit avec les profs ou pas cette mesure est absurde. Passer outre juste pour dire du mal des profs c'est vraiment de la dernière des stupidité.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Mesures inacceptables : ce qu'on appelle culture humaniste qui sera très certainement ni plus ni moins que de la propagande socialiste visant à transformer nos gamins en sujets dociles et craintifs. La demi journée en plus qui n'a un intérêt que purement théorique. Dans la réalité les gens ne pourront pas aller chercher leurs enfants aussi tôt et ils resteront en garderie. En contrepartie ça représente 1 matinée de repos en moins et moins de temps pour aller visiter la famille. C'est sûr qu'il y a 50 ans ça posait pas de problèmes. Mais il y a 50 ans les membres de la famille vivaient à 1km à vol d'oiseau, les temps on changé ! Ces histoires de modules complémentaires sont totalement aberrants. On nous dit que les programmes sont surchargés (d'ailleurs de toute ma scolarité je n'ai pas souvenir d'un seul programme mené à terme à partir du collège) mais en même temps on va en remettre un couche ! Stop ! C'est du délire ! Mesure critiquables : nouvelles technologies, langues étrangères. Oui, c'est bien pour la plupart des enfants. Mais pas pour tous. Quels sont les métiers recherches aujourd'hui ? Chaudronnier. Bâtiment. Ces enfants manuels qui aiment faire des trucs de leurs dix doigts, on a rien de mieux à leur apprendre que des langues étrangères et de l'informatique (et avec quel contenu, par l'intermédiaire de quel prof avec quelle compétence) ? On retombe dans le fantasme des enfants qui "savent tout" en sortant de l'école. Ils savent tellement tout qu'ils sont pas foutus de faire quoi que ce soit sans aller à la fac, puis suivre une formation pro. En réalité on apprend à nos enfants à être des étudiants professionnels. Peut être que c'est le "kiff" du moment (et puis tant qu'une personne n'est pas confrontée au "monde réel" elle a tendance à voter à gauche), mais ce n'est pas ce dont ils ont besoin, ni ce dont la France a besoin. Le "numérique" qui va encore bouffer du temps d'apprentissage pour rien alors que les gamins ont tous un ordinateur et internet à la maison, et que 99% en savent plus que le prof lui même. Mesure sans intérêt : la tambouille interne de la formation des profs. Tant que ça ne devient pas une usine à gaz couteuse pour le contribuable, ils font ce qu'ils veulent. L'orientation je n'en sais rien, l'article n'en parle pas, mais vu le reste ça doit pas être des idées de génie. Idem avec les oublis.

  • Casuffit
    Casuffit     

    Vos réactions m'indignent. Allez y, envoyez tous vos enfants dans le privé (c'est sûrement déjà fait pour la plupart d'entre vous) et rêvez d'une société basée sur le modèle anglo saxon où l'individualisme prime sur l'intérêt général. Visiblement, le métier de prof suscite la jalousie. Si ce sont tant des nantis et des privilégiés, vous qui n'aspirez qu'à avoir plus que les autres, devenez profs ! Vous ne travaillerez presque pas, vous aurez des tonnes de vacances, vous aurez la sûreté de l'emploi et vous gagnerez des millions pour un niveau d'étude à bac +5...
    Les concours n'ont jamais été aussi accessibles que maintenant. Dépêchez-vous, la Nation vous attend, elle a besoin de vous. Venez faire le ménage parmi ces fonctionnaires corporatistes obnubilés par leurs innombrables intérêts personnels ...

  • Carambar
    Carambar     

    l'éducation nationale n'est plus : profs qualifiés pour les villes nanties et régions privilégiées, et des moyens - pour les régions isolées et "banlieues d'étrangers" nada - les PROFS refusent de voir une éducation à l'Anglo saxonne : les riches éduqués les pauvres incultes - c'est l'évolution naturelle !!!!

  • valgego
    valgego     

    L'éducation nationale n'a de nationale que le nom ,elle est sous la tutelle des syndicats qui y font la loi depuis 50 ans ,attisent les querelles, en fédérant systématiquement les enseignants, les parents, et les élèves contre les ministères successifs .Chaque réforme nécessaire est conduite à l'échec pour défendre les intérêts catégoriels .Un gouffre exceptionnel de moyens, de personnels,de matériels pour produire 20/100 d'illettrés dans la limite strictement nécessaire des 27 heures de travail au plus, répartis et concentrés sur 6 mois ouvrables de l'année . Ceci dit cette réforme démagogique qui investit des moyens et du personnel supplémentaires à fonds perdu est inutile . A quand le retour aux fondamentaux , à l'apprentissage d'un métier ,aux orientations sérieuses ,à la récompense des mérites ,à la promotion des élites ,à la responsabilisation des professeurs et à une évaluation crédible de leur compétence, au retour de leur autorité ,a la mise en application des sanctions pédagogiques et coercitives ,à la formation des professeurs en école spécifique ? Le clientélisme étant institué depuis longtemps dans l'école dite publique ou n'importe quel sous fifre du gouvernement peut venir faire sa propagande ,et ou certains profs ont le culot d'inoculer le venin de la politique de dissolution des valeurs qui est la leur ,il reste la solution de la fuite éperdue vers le privé ,en payant une seconde fois pour un service que l'état est incapable d'assumer.

Lire la suite des opinions (27)

Votre réponse
Postez un commentaire