En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Cours de droit dans un amphithéâtre de l'université Lyon III
 

L'instauration de pré-requis pour entrer à l'université pourrait aboutir à la prise en compte des notes obtenues en terminale et au baccalauréat.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Picto
    Picto     

    Et si on rendait simplement le bac plus difficile à obtenir ?
    Selectif ... avec un brin de contrôle continue.
    En ayant une terminale qui soit la vraie antichambre de la fac ...
    Et ayant la première redoublable, afin de ne plus envoyer les cancres en terminale.

  • Proserpine
    Proserpine     

    Plus nous payons de conseillers d'orientation et plus les élèves sont désorientés et les parents déboussolés . La solution est dans un cursus scolaire suivi avec le courage des conseillers d'orientations à fixer les limites des ambitions au vu des résultats . Cas personnel, mon fils meilleur en français que dans les autres matières est sollicité dès la seconde dans une classe S pour grossir les réussites au bac du prof de math .....avec d'excellentes notes en français toute l'année, il se ramasse un 6 au bac, par un prof qui n'a pas lu la copie que j'ai demandé, une honte de correction......j'ai posé réclamation pour la forme en connaissant le résultat . Mon fils au vu des résultats annuels et d'un bac avec mention, a néanmoins été admis en prépa littéraire à Carnot où la sélection repose sur du résultat et non sur des billevesées de correcteurs fatigués . Il a obtenu deux masters la même année et il est agrégé dans les mieux classés. Je suis pour la suppression définitive du bac, une sélection draconienne des conseillers d'orientation et une fiche de suivi pédagogique par élève dès la seconde, mettant en perspective les possibilités futures ou les réorientations possibles . Le reste est du charlatanisme, on n'envoie pas au bac des élèves dont l'on sait qu'il ne leur servira à rien, alors qu'ils auraient pu dans le même temps apprendre un métier .

  • PlusZero
    PlusZero     

    Une année de sas ? Dans le temps, cela s’appelait propédeutique… et POURQUOI vouloir que tous et toutes aillent à l'université? Il y a d'autres possibilités qui mènent à de vrais postes de travail, non?

  • PlusZero
    PlusZero     

    Une année de sas ? Dans le temps, cela s’appelait propédeutique…

    Picto
    Picto      (réponse à PlusZero)

    oui une mise à niveau avant d'attaquer la réalité des études.
    A l'issu de la propé, les non capables d'aller plus loin, se réorientaient.

    Rien ne les empêchaient toutefois de faire x premières années : ça aussi il faudrait légiférer pour éviter le cumul des échecs.

  • beaudolo
    beaudolo     

    Toutes ces mesures ne sont en réalité que des mesurettes. Ce n’est pas le Bac ni les conditions d’entrée à l’université qu’il faut changer mais toute la filière éducation nationale. En réalité ce n’est que reporter le problème du taux d’échec en licence sur celui du taux de réussite au Bac. Qu’allons-nous faire de ceux qui n’y arrivent pas. Il faut reprendre l’éducation de nos enfants à la base et surtout se concentrer sur l’école primaire. Est-il normal, dans un pays où l’école est obligatoire où les enfants après avoir passé 5 ans sur les bancs de l’école, plus de 10% d’entre-eux arrivent en 6ème sans savoir lire ? Là se pose la question de la formation des maîtres des écoles, des programmes scolaires, et de l’orientation des élèves dès la 6ième ! Ce n’est plus des paroles , de la com dont nous avons besoin mais bien des actions, mais pour cela il faut du courage et de la volonté de bien faire pour la France et non le souci de la réélection!

  • beaudolo
    beaudolo     

    Au lieu de créer encore des "usines à gaz" qui pourront être contournée , car au plus c'est complexe au plus il est facile de contourner, il suffirait que le bac redevienne un véritable examen et non plus un simulacre d'examen, véritablement sélectif; mais que voulez-vous on a hérité de plusieurs dizaines d' années de socialisme démagogique avec Mitterrand, Jospin et Hollande, ce n'est pas en un an que l'on peut ou encore oser corriger toutes ces erreurs!

Votre réponse
Postez un commentaire