En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Une manifestante anti-nucléaire, samedi, à Paris.
 

Plusieurs milliers de personnes ont formé une vaste chaîne humaine samedi dans Paris pour réclamer l'arrêt du nucléaire civil et militaire en France.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • livier68
    livier68     

    Mme MELADEK omet de nous expliquer que dans l’état actuel de l’art les énergies renouvelables imposent d’avoir recours à 75% à une autre énergie de par leur intermittence. Le risque nucléaire très peu probable est à comparer à la réalité des énergies carbonées.

    Les coûts étonnamment élevés pour la santé humaine devraient déclencher L’activité des centrales thermiques consommant du charbon a de graves conséquences sanitaires en Europe.
    Jeudi 7 mars, l'alliance pour la santé et l'environnement (HEAL) a établi le bilan des émissions atmosphériques des 330 centrales thermiques consommant du
    Les rejets du «King Coal» seraient responsables, chaque année en Europe, de 18.200 décès prématurés, de 2,1 millions de journées d’hospitalisation, de 4,1 millions de journées de travail perdues et de 28,6 millions de cas de maladies respiratoires. «Les résultats sont particulièrement inquiétants étant donné que l'utilisation du charbon est en train d'augmenter après des années de déclin. une refonte majeure de la politique énergétique de l’UE», estime Genon Jensen, directrice exécutive de HEAL.
    Pour parvenir à de tels résultats, HEAL s'appuie sur les études des médecins membres de l'European Repiratory Society (ERS). Le coût annuel des maladies respiratoires en soins et en pertes de journées de travail est évalué entre 15,5 et 42,8 milliards d'euros. La Pologne, la Roumanie et l'Allemagne, trois pays où le charbon est massivement utilisé dans la production d’électrons, supportent près la moitié de ces coûts, souligne le rapport.
    En France, le montant annuel de la facture est évalué entre 697 millions et 1,8 Md€. En Europe, les centrales au charbon représentent une capacité installée de 200 gigawatts et produisent, bon an, mal an, le quart de l’électricité que nous consommons. Elles sont à l’origine de l’émission de 1,2 milliard de tonnes de CO2, mais aussi d’importants tonnages de particules fines, de mercure et autres métaux lourds, d’oxydes d’azote et de soufre.
    Si la méthode de calcul de l’ONG n’est pas connue, ses résultats apparaissent relativement crédibles, au regard des statistiques officielles américaines. Outre-Atlantique, les 316 GW de capacités au charbon émettent 1,7 Mt CO2/an et d’importants volumes d’autres polluants. L’agence fédérale de protection de l’environnement (EPA) estime que l’activité de ces centrales est responsable, au minimum, de 4.200 à 11.000 décès prématurés, 130.000 crises d’asthme et 3,2 millions de journées d’arrêt de travail. Coût total pour la société américaine: entre 37 et 90 milliards de dollars par an (28 à 69 Md€).

  • livier68
    livier68     

    Prendre en compte la durée de vie réelle de ces installations
    Les centrales nucléaires françaises ont été conçues et construites pour durer au moins 30 années équivalentes à la pleine puissance ce qui correspond à 40 ans calendaires avec un taux moyen d’utilisation de 75 % par an (6500 heures/an) à pleine puissance.
    Le Président de la République avance comme argument qu’il faut arrêter Fessenheim à la fin du quinquennat parce qu’elle est la plus vieille centrale du parc.
    La réalité industrielle est autre et ne raisonne qu’en termes d’obsolescence de toutes natures et, pour le nucléaire, de non-conservation d’un haut niveau de sûreté.
    Or une installation industrielle ne vieillit pas, elle s'use. Tant qu'elle n'est pas obsolète économiquement, les pièces usées sont systématiquement remplacées par des pièces neuves souvent de meilleure qualité que les pièces d'origine.
    Cependant, deux composants sont dits irremplaçables : l'enceinte de confinement et la cuve.
    Pour l'enceinte de confinement des réacteurs de 900 MWe, il s'agit d'un ouvrage de béton précontraint qui est toujours en compression sauf lors des épreuves décennales où, en l'amenant à la pression de l'accident de référence, il se trouve alors temporairement à la relaxation de contraintes. Les bétons supportent remarquablement bien les contraintes de compression permanentes de précontrainte. Ils ne « s’usent pas » dans cet état. Ce n’est pas la même situation que celles d’autres ouvrages d’art comme par exemple les ponts, soumis à des vibrations quasi permanentes et des contraintes locales de traction ou de cisaillement. L’enceinte de béton ne présente donc pas un réel souci de longévité.
    La durée de vie de la cuve est fixée par la hausse de la température entre la zone fragile et la zone ductile des aciers ferritiques qui constituent les viroles notamment celle qui fait face au coeur du réacteur.
    Cette évolution est liée, entre autres phénomènes, à la dose intégrée de neutrons (appelée la fluence) qu’elle reçoit et qui perturbe le réseau cristallin de l’acier ferritique.
    La vitesse d’augmentation de cette température de transition, proche de quelques degrés au-dessous de zéro lorsque l’acier sort des forges, est très liée aux impuretés (cuivre, phosphore…) contenues dans le métal de base.
    Lors des opérations de coulage et forgeage des viroles, des coupons témoins sont prélevés. Des éprouvettes métallurgiques sont faites dans ce métal de base. Elles sont ensuite placées dans des paniers très proches du coeur du réacteur pour intégrer une fluence bien supérieure à celle que reçoit la cuve en raison de cette position particulière.
    L'examen métallurgique de ces éprouvettes par l’ASN et l’exploitant, indique la température de transition qu’atteindra la cuve 10 ans plus tard. Les autorisations données par l’ASN pour 10 ans ne sont donc pas « tombées du chapeau ».
    Toutes les viroles forgées au Creusot et à Chalon qui présentaient des défauts de toutes natures, notamment ceux dus à l’hydrogène, ont été systématiquement rebutées.
    La centrale de Fessenheim n'est donc pas "vieille", bien au contraire. Elle vient, pendant les dernières visites décennales, de se voir doter de tout un train de modifications qui la place au meilleur niveau de sûreté et de performances du parc français.

  • mamily
    mamily     

    l'anti nucléaire était le cheval de bataille des socialistes et des verts !!! ou étaient ils dans cette manifestation ???
    et ne me dites pas que c'est le droit de réserves des membre du gouvernement !! ils sont bien descendus dans la rue pour le mariage pour tous !!!

  • maxim e
    maxim e     

    Renseignez-vous un petit peu avant de parler : des spécialistes (comme l'assoc' négaWatt) ont créé des scénarios :
    - de sortie progressive du nucléaire (en général, sur 20 ans)
    - de diminution de notre dépendance énergétique (on importe 100% de notre Uranium et les coûts vont augmenter, cette ressource diminuant rapidement)
    - sans recours au charbon
    - et avec diminution à terme des dépenses énergétiques, sans augmentation des coûts à court terme)
    - pour info, la cour de comptes (à priori pas des intégristes écolo) ont publié en 2012 un rapport sur les vrais coûts du nucléaire !!!
    @ raleur toulousain : pour info, les voitures fonctionnent en très grand majorité au thermique (pétrole en général)

  • Laurent Mabesoone
    Laurent Mabesoone     

    Reaction aux reactions absurdes ci-bas : Sachez, Messieurs les "traiteurs de cretins", que le Japon est passe de 54 reacteurs en activite a 2. Et ceci depuis 2 ans. Nous avions meme zero reacteur actif de mai a juillet 2013. Et, ici, au Japon, nous ne nous eclairons pas a la chandelle, comme vous dites. Nous avons economise 30% de notre consommation, et le reste, c'est un peu plus de gaz naturel (tres peu emetteur de CO2) et de plus en plus de renouvelable. Je sais, cette realtie ne plait pas a lobby nucleaire dont vous faites peut-etre partie : Hitachi, Toshiba, Mitsubishi, Areva, EDF, etc... Apres un accident grave, comme celui que nous vivons ici, vous comprendrez peut-etre.

  • raleur toulousain
    raleur toulousain     

    tant qu'on a pas d'alternative crédible, ils n'ont qu'à s'éclairer à la bougie et marcher à pieds !!!

  • Max 85
    Max 85     

    4 000 ou 20 000 crétins qui lorsqu'il n'y aura plus d'électricité seront les premiers à manifester contre le gouvernement,et ils osent parler de pollution alors que comme l'Allemagne il faudra remettre les centrales au charbon en fonctionnement....Ou est l'écologie la-dedans ????

Votre réponse
Postez un commentaire