En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Des lycéens devant leur établissement scolaire.
 

En attendant une réforme, le ministre de l’Éducation va s'attaquer dès la rentrée aux demandes de dérogations de la carte scolaire, qui rend obligatoire l'affectation des élèves dans l'établissement de leur quartier.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • antic76
    antic76     

    M. Hollande, M. Peillon, j'ai voté pour vous et pourtant je n'en peux plus de vos idées débiles : rythme scolaire, comment les gens qui travaillent vont ils faire pour récupérer leurs enfants à l'école le mercredi midi ? Une langue rare en 6ème, mais à quoi cela va t'il leur servir ? Redescendez sur terre, préoccupez vous des vrais problèmes et arrêtez de nous bourrer le mou avec vos idées d'enarques, arrêtez nous vous en supplions, vous reste t'il encore des moments de lucidité ?

  • mirabelle
    mirabelle     

    Juste et nos politiques mettent leurs gosses dans les lycées privé et les enfants d'ouvriers bahut de merde

  • IHF62
    IHF62     

    C'est quoi une langue rare, pourquoi un enfant ne pourrait il pas apprendre la langue des origines de ces parents même si celle ci n'est pas répandue une fois quelle est dispensée dans un établissement de la république.

  • politic man
    politic man     

    Je suis absolument contre cette idée on sait très bien que les écoles de quartier regroupent la racaille du coin c' est dégueulasse surtout pour les parents qui ont des moyens limités et qui ne peuvent pas mettre leur enfants dans le privé j' espère sincèrement que cette idée ne sera pas appliquée.

  • leane
    leane     

    Certains parents inscriront leurs enfant dans le privé, comme cela se fait déjà. Pas par conviction religieuse, mais pour l'établissement!

Votre réponse
Postez un commentaire