Charlie Hebdo publie des caricatures de Mahomet

Le journal, incendié il y un an, "récidive" en publiant de nouvelles satires du prophète, en pages intérieures.

D. N. avec AFP
Le 18/09/2012 à 19:07
Mis à jour le 19/09/2012 à 11:03
 (Charlie Hebdo)

Charlie Hebdo publie des caricatures de Mahomet


Ayrault : possibilité de recours à la justice pour ceux heurtés par Charlie Hebdo


L'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo publie dans son numéro à paraître mercredi, en quatrième de couverture, des dessins représentant le prophète Mahomet. Le directeur Charb, a prévenu que ces caricatures "choqueraient ceux qui vont vouloir être choqués".

Appel au calme des politiques et religieux

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, interrogé alors qu'il se trouvait au Caire sur l'éventualité de dessins représentant Mahomet, s'est dit "contre toute provocation", tout en rappelant l'existence en France de la liberté d'expression.

Même son de cloche du côté du Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui affirme désapprouver "tout excès" et appelle chacun à la "responsabilité". "Nous sommes dans un pays où la liberté d'expression est garantie, la liberté de caricature aussi", a-t-il souligné mercredi matin sur RTL, avant de rappeler aux personnes "choquées dans leur foi" par l'hebdomadaire satirique qu'elles pouvaient saisir la justice.

"Si vraiment des personnes se sentent heurtées dans leurs convictions et pensent qu'il y a eu dépassement du droit - nous sommes dans un Etat de droit qui doit être totalement respecté -, elles peuvent saisir les tribunaux".

De son côté, Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris a lancé un appel au calme.

"La liberté de la presse est-elle une provocation ?"

Ces dessins "choqueraient ceux qui vont vouloir être choqués en lisant un journal qu'il ne lisent jamais", a estimé son directeur, Charb, interrogé par iTélé. Il a estimé que les dessins publiés en page intérieure et en dernières pages du journal ne sont pas plus provocants que d'habitude. "La liberté de la presse est-elle une provocation?", a-t-il demandé.

Sous protection policière depuis l'incendie criminel des locaux du journal, il y a un an, Charb a admis que sur RTL, que la sécurité était sans doute renforcée autour du journal.

>> Pour éviter tout dérapage, nous avons fermé cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.

Toute l'actu Société

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?