En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Hassan Rohani au siège de l'ONU à New York le 28 septembre 2015.
 

Un déjeuner était prévu à l'Elysée, mi-novembre, entre François Hollande et Hassan Rohani. Mais en raison de la tradition républicaine, la France a refusé de servir un repas halal et sans alcool. Du coup, le repas a été annulé. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

31 opinions
  • DADOURUN
    DADOURUN     

    INTOX

  • kipsou
    kipsou     

    Quand on invite un végétarien chez soi on évite de lui servir une côte de bœuf non ?
    Il doit y avoir moyen de trouver un repas qui convient à tout le monde (genre sans viande ...un truc de fou ?)

    illys
    illys      (réponse à kipsou)

    Sauf que les végétariens ne forcent pas les autres à l'être.
    Là on a un invité qui exige que personne ne boive de vin à table.
    En d'autres termes, ses convictions doivent s'appliquer à tout le monde chez ceux qui l'invitent.
    C'est comme si on exigeait du saucisson pour tout le monde quand on est invité par le roi du Maroc.

  • Julien 02
    Julien 02      

    Mais pour venir reclamer l'asile ou des allocs, la par contre y'a pas de problemes !!! Qu'il reste chez lui si notre accueille ne conviens pas a ce tyran... pardon , ce monsieur... nous avons pas besoin de lui et il n'est pas le bienvenu dans mon pays !

  • Adret
    Adret     

    On a eu récemment les hommes et les femmes séparés pour agréer au président turc, maintenant le vin pour l'iranien... pfffff , pas à dire on progresse !

  • La comtesse
    La comtesse     

    HALLAL UN RACISME DISSIMULÉ

    L’astuce de présenter les interdits alimentaires comme une émanation d’une volonté supérieure est observée aussi bien dans l’Ancien Testament que dans le Coran. Affirmer plus franchement que ces prescriptions ont pour seule finalité l’enfermement du croyant dans une norme culpabilisante où, à chaque instant, celui-ci craint l’égarement, aurait vu la diffusion des sectes monothéistes beaucoup moins couronnée de succès. Le judaïsme a réalisé un travail pesant dans la distinction entre le licite et l’illicite dans le Pentateuque et l’islam se contentera d’en reprendre une bonne partie. Mille quatre cents ans après l’invention de l’islam par un chamelier analphabète reconverti en chef de bande, les phobies alimentaires demeurent toujours extrêmement prégnantes dans le monde musulman. L’obsession du halal devient même une mode aux allures revendicatrices chez de nombreux jeunes musulmans : exécrer le porc devient un symbole de vertu alors que n’importe quel bon vivant non frustré par une religion castratrice s’égaillera à l’idée que “dans le cochon tout est bon“. Quel consommateur non halal ne s’est jamais senti insulté ou méprisé quand un obsédé du halal affiche son dégoût du porc ? Lorsqu’un fanatique des interdits coraniques demande, inquisiteur, la composition précise du met qui lui est aimablement proposée, comment ne pas être vexé par cette suspicion qui se porte aussi sur celui qui offre ? Spécificité culturelle ou progression rampante d’une idéologie de rejet ? Ce que les pleutres acceptent comme une prétendue spécificité culturelle (la véritable culture n’enferme pas l’individu) est en fait la progression rampante d’une idéologie de rejet de la différence. Récemment, une campagne d’affichage d’Isla Délice pour la promotion des produits halal montre divers animaux clamant qu’ils sont “fièrement halal“. Quand on sait que ces bestioles finiront égorgées par un mystique persuadé qu’Allah tient son couteau, on mesure mieux le caractère provocateur de cette campagne dont le slogan décrypté serait plutôt : “le halal est l’étendard de l’islam“. Ce qui, incidemment, montre aussi que les amateurs de halal sont encore loin d’avoir pris conscience de la nature barbare et archaïque du rituel imposé. Le concept de nourriture halal ne se limite pas à la distinction, qu’on pourrait juger anecdotique ou simplement gastronomique, entre les aliments autorisés et ceux interdits. Opposer le halal au haram relève de la même phobie de l’altérité qui a poussé l’islam à scinder le monde en deux parts, le monde de l’islam et le monde de la guerre. C’est l’un ou l’autre, sans zone alternative où les non musulmans pourraient vivre en paix. L’obsession de la nourriture halal est celle du pur face à l’impur, du fidèle face à l’infidèle, de l’élu face au mécréant. La dichotomie du “comme moi ou différent de moi” est en fait celle du “avec moi ou contre moi” qui constitue un très efficace facteur de haine et de guerre. L’obsession de la nourriture halal est celle du pur face à l’impur, du fidèle face à l’infidèle, de l’élu face au mécréant. Dans le verbiage islamique qui se repaît de nourriture “autorisée“, le non musulman est à l’image des mets qu’il consomme : un impur. On sait, depuis la Bible, que l’impureté se transmet par contact : le texte assène que, lors des règles, l’impureté de la femme dure une semaine et se transmet à quiconque la touche ainsi qu’au lit ou au siège qu’elle utilise et à tous ceux qui touchent ce lit ou ce siège (Lévitique, 15.19-30). Comme l’islam se réclame du mythe abrahamique, la sentence vaut donc aussi pour lui : on comprend bien que quiconque aura ingéré un aliment déclaré impur sera, physiquement, lui aussi affecté par la souillure. Une saucisse de Toulouse accompagnée par un Cahors, quelques huîtres non égorgées en direction de La Mecque aux côtés d’un Jurançon ou le foie gras d’un canard tué sans l’invocation d’Allah et c’est l’assurance d’être relégué dans l’infamant statut des koufar face aux pieux croyants, immaculés et purs par la seule vertu de leur nourriture. Personne d’autre que ces derniers ne montre autant d’empressement à examiner la liste complète des ingrédients d’un yaourt aux fraises pour s’assurer que n’y figure aucun émulsifiant d’origine animale, aucun colorant à base de cochenille, aucune gelée de porc, aucun alcool. L’infidèle qui n’a que faire des phobies alimentaires musulmanes n’est qu’un sous-individu que le Coran sait accabler dans d’innombrables versets de haine et de mépris. Et scinder l’humanité entre des individus purs et supérieurs et d’autres impurs et inférieurs a un nom : le racisme.

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    "Il n'est nulle nourriture qui entrant en l'homme puisse le souiller, mais ce qui sort du coeur de l'homme, c'est ce qui peut souiller....
    car la nourriture n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux d'aisance qui purifient tous les aliments"
    Evangile de Marc, 7/15-19

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    "Il n'est nulle nourriture qui entrant en l'homme puisse le souiller, mais ce qui sort du coeur de l'homme, c'est ce qui peut souiller....
    car la nourriture n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux d'aisance qui purifient tous les aliments"
    Evangile de Marc, 7/15-19

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    "Il n'est nulle nourriture qui entrant en l'homme puisse le souiller, mais ce qui sort du coeur de l'homme, c'est ce qui peut souiller....
    car la nourriture n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux d'aisance qui purifient tous les aliments"
    Evangile de Marc, 7/15-19

  • sclp
    sclp     

    N'avait qu'à venir avec son casse-croûte perso alors ! Comme lorsqu'on suit un régime ...

    illys
    illys      (réponse à sclp)

    Il ne s'inquiète pas de ce qu'on lui sert, il s'inquiète de ce qu'on sert à la table où il mange : il est prescripteur pour les autres. Personne ne l'aurait forcé à boire ou à manger quoique ce soit !

  • damaris
    damaris     

    Mêmes choses dans les cantines

  • damaris
    damaris     

    Exemple a suivre dans les cantines des écoles républicaines.

  • roperc'h
    roperc'h     

    je suis étonné de tant de fermeté

  • Facebook-1465834877046459
    Facebook-1465834877046459     

    L'état Français fais des repas spéciaux dans toutes les cantines de France mais refuse de le faire pour le gouvernement Iranien... Cherchez l'erreur!

    Zero de conduite
    Zero de conduite      (réponse à Facebook-1465834877046459)

    C'est le principe de "faites ce que je dis, pas ce que je fais"

    romuniort
    romuniort      (réponse à Facebook-1465834877046459)

    Mes 2 commentaires relatifs à cet état de fait ont été censurés ! Heureusement que RMC est une radio d'opinions !

Lire la suite des opinions (31)

Votre réponse
Postez un commentaire