En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Nicolas Dupont-Aignan, président de "Debout la France", le 19 octobre 2015 à Paris
 

A une semaine du début du congrès de l'UOIF, le président de Debout la France revendique l'interdiction de l'événement lorsque certains des invités lui semblent bafouer l'idéal républicain.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

23 opinions
  • TrahiparleFN
    TrahiparleFN     

    L'Etat français doit cesser de faire de l'UOIF son interlocuteur privilégié.
    L'UOIF ne représente qu'une infime partie - une toute petite minorité - des musulmans en France.

  • TrahiparleFN
    TrahiparleFN     

    Le 15 janvier 2015 - 2015 - nicolas l'ami des salafistes recevait l'UOIF au siège de l'UMP.

  • TrahiparleFN
    TrahiparleFN     

    "...défend une place pour l'islam dans la sphère politique et sociale..."

    Protégeons la laïcité !

  • TrahiparleFN
    TrahiparleFN     

    L'UOIF, structure plébiscité et mise en place par Sarkozy qui a ouvert les portes de la France aux frères musulmans, aux salafistes.

    dany-tou
    dany-tou      (réponse à TrahiparleFN)

    Si Sarkozy a ouvert la porte Hollande l'a ouverte en grand , lui au lieu de l’entrebâiller ou la fermer ! lol

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Bravo Mr Dupont-Aignan ,toutes positions et vérités ne sont pas bonnes à dire sous un régime socialiste.

  • Hamham
    Hamham     

    Pour une fois je donne raison à cet homme mais j'espère qu'il ne fait pas de la com.

  • al Azar
    al Azar     

    CE QUE PENSE LE PRESIDENT DE L UNION DES ORGANISATIONS ISLAMIQUES DE FRANCE (U.O.I.F.) :

    Voila ce que déclarait AMAR LASFAR recteur de la mosquée de Lille et désormais président, depuis Juin 2013 de l'UOIF (union des organisations islamiques de France, émanation des frères musulmans) :
    "Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté" Amar Lasfar dans « La cité mode d’emploi », Homme et migration, n° 1218, mars-avril 1999 p.55 .

    "L’Assimilation suppose pour les populations islamiques se fondre à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique […] Il n’y aura pas de dérogation à cette règle" (Amar Lasfar, conférence à l’Alliance régionale du Nord, 9 octobre 1997)
    Amar Lasfar est Marocain né en 1960. Il dirige la mosquée de Lille-Sud, qui possède à son étage un lycée reconnu par l'état depuis 2004.
    Je rappelle que la Cour Européenne des Droits de l’Homme, dans son jugement du 13 février 2003 dit arrêt Refah, a déclaré : « La charia est incompatible avec les principes démocratiques ». Tout est dit ! La discussion est close à jamais, la charia est la loi indissociable de l'islam qui est donc incompatible avec la loi de la république ! Syllogisme irréfutable !!!

  • al Azar
    al Azar     

    CE QUE PENSE LE PRESIDENT DE L UNION DES ORGANISATIONS ISLAMIQUES DE FRANCE (U.O.I.F.) :

    Voila ce que déclarait AMAR LASFAR recteur de la mosquée de Lille et désormais président, depuis Juin 2013 de l'UOIF (union des organisations islamiques de France, émanation des frères musulmans) :
    "Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté" Amar Lasfar dans « La cité mode d’emploi », Homme et migration, n° 1218, mars-avril 1999 p.55 .

    "L’Assimilation suppose pour les populations islamiques se fondre à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique […] Il n’y aura pas de dérogation à cette règle" (Amar Lasfar, conférence à l’Alliance régionale du Nord, 9 octobre 1997)
    Amar Lasfar est Marocain né en 1960. Il dirige la mosquée de Lille-Sud, qui possède à son étage un lycée reconnu par l'état depuis 2004.
    Je rappelle que la Cour Européenne des Droits de l’Homme, dans son jugement du 13 février 2003 dit arrêt Refah, a déclaré : « La charia est incompatible avec les principes démocratiques ». Tout est dit ! La discussion est close à jamais, la charia est la loi indissociable de l'islam qui est donc incompatible avec la loi de la république ! Syllogisme irréfutable !!!

  • al Azar
    al Azar     

    CE QUE PENSE LE PRESIDENT DE L UNION DES ORGANISATIONS ISLAMIQUES DE FRANCE (U.O.I.F.) :

    Voila ce que déclarait AMAR LASFAR recteur de la mosquée de Lille et désormais président, depuis Juin 2013 de l'UOIF (union des organisations islamiques de France, émanation des frères musulmans) :
    "Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté" Amar Lasfar dans « La cité mode d’emploi », Homme et migration, n° 1218, mars-avril 1999 p.55 .

    "L’Assimilation suppose pour les populations islamiques se fondre à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique […] Il n’y aura pas de dérogation à cette règle" (Amar Lasfar, conférence à l’Alliance régionale du Nord, 9 octobre 1997)
    Amar Lasfar est Marocain né en 1960. Il dirige la mosquée de Lille-Sud, qui possède à son étage un lycée reconnu par l'état depuis 2004.
    Je rappelle que la Cour Européenne des Droits de l’Homme, dans son jugement du 13 février 2003 dit arrêt Refah, a déclaré : « La charia est incompatible avec les principes démocratiques ». Tout est dit ! La discussion est close à jamais, la charia est la loi indissociable de l'islam qui est donc incompatible avec la loi de la république ! Syllogisme irréfutable !!!

  • al Azar
    al Azar     

    CE QUE PENSE LE PRESIDENT DE L UNION DES ORGANISATIONS ISLAMIQUES DE FRANCE (U.O.I.F.) :

    Voila ce que déclarait AMAR LASFAR recteur de la mosquée de Lille et désormais président, depuis Juin 2013 de l'UOIF (union des organisations islamiques de France, émanation des frères musulmans) :
    "Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté" Amar Lasfar dans « La cité mode d’emploi », Homme et migration, n° 1218, mars-avril 1999 p.55 .

    "L’Assimilation suppose pour les populations islamiques se fondre à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique […] Il n’y aura pas de dérogation à cette règle" (Amar Lasfar, conférence à l’Alliance régionale du Nord, 9 octobre 1997)
    Amar Lasfar est Marocain né en 1960. Il dirige la mosquée de Lille-Sud, qui possède à son étage un lycée reconnu par l'état depuis 2004.
    Je rappelle que la Cour Européenne des Droits de l’Homme, dans son jugement du 13 février 2003 dit arrêt Refah, a déclaré : « La charia est incompatible avec les principes démocratiques ». Tout est dit !
    La discussion est close à jamais, la charia est la loi indissociable de l'islam qui est donc incompatible avec la loi de la république !
    Syllogisme irréfutable !!!

Lire la suite des opinions (23)

Votre réponse
Postez un commentaire