L'UMP : un parti, de nombreuses sensibilités

L'élection organisée dimanche 18 novembre décidera du nouveau chef de l'UMP, mais également, pour la première fois de l'histoire du parti, de ses courants officiels.

Olivier Laffargue
Le 16/11/2012 à 18:36
Mis à jour le 23/11/2012 à 17:05
Créée en 2002, l'UMP est loin d'être monolithique. (Montage BFMTV)

Les 260.000 militants UMP vont se rendre aux urnes dimanche 16 novembre pour élire le nouveau patron de la droite française, mais pas que. Ils seront aussi consultés sur la charte des valeurs et les différents pouvements qui auront une représentation dans les instances dirigeantes à condition d'obtenir 10% des suffrages exprimés.

>> Copé-Fillon, coulisses d'un duel : 6.000 km en une semaine. Reportage sur la dernière ligne droite de la campagne dans "7 jours BFM", en direct sur BFMTV et BFMTV.com à samedi de 18h à 20h.

C'est une première pour l'UMP, qui possède pourtant cette instance représentative dans ses statuts. Xavier Bertrand était contre, et ne l'a donc pas mise en pratique. Jean-François Copé, au contraire, soucieux de favoriser le débat dans son propre parti, ainsi qu'il aime à le rappeler, l'a donc activée pour cette élection.

Créée en 2002, l'UMP est loin d'être monolithique. Souverainistes, libéraux, centristes, gaullistes, et même écologistes, constitués en mouvements, doivent sans cesse trouver des compromis. 

>> Passez votre souris sur les macarons pour obtenir plus d'informations. 

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Cure d'économies: le gel du point d'indice des fonctionnaires est-il justifié?