En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
François Hollande a donné des garanties aux agriculteurs à la veille de l'ouverture du salon de l'agriculture.
 

Le chef de l'Etat, dont la visite au Salon de l'agriculture est très attendue, a donné dans une interview publiée vendredi des premiers gages aux agriculteurs. Il a déclaré vouloir simplifier les démarches pour agrandir les élevages.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • kent
    kent     

    C'est à souhaiter que nos agriculteurs réagissent comme il se doit à la visite du bonhomme qui ne s’intéressent aux français que les veilles des élections et se fout des gens le reste du temps !

  • cmp1
    cmp1     

    Avant son élection, M. Hollande s'exprimait d'une toute autre façon sur le statut des animaux. Il répondait ainsi à un questionnaire de la Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences :
    "Alors que le Code rural qualifie très justement l’animal d’ "être sensible", cette qualification ne se retrouve malheureusement aucunement dans le Code civil qui continue à placer l’animal dans le chapitre des biens. En outre, aucune loi ne protège aujourd’hui les animaux sauvages en tant qu’individus. Cette situation est très critiquable et nous laisse à penser, à bon escient, qu’en son état actuel, le droit français apparaît trop peu progressiste et peu cohérent. Aussi, je souhaiterais définir un nouveau statut juridique de l’animal qui reflète les vérités scientifiques ainsi que l’évolution de la perception des animaux dans la société. Il me paraît nécessaire de réformer le Code civil afin que ce dernier ne définisse plus l’animal par son utilisation, en tant qu’objet patrimonial, mais bien comme un être sensible." (Bul. N°74, LFDA, 07/12)

Votre réponse
Postez un commentaire