Prise d’otages d’In Amenas : que savaient les renseignements algériens ?

Y-a-t-il eu une défaillance de la part des services de renseignements algériens ? Le chef du commando abattu lors de la prise d'otages planifiait depuis plusieurs mois des attentats contre des compagnies pétrolières.

Sarah-Lou Cohen
Sarah-Lou Cohen
Le 22/01/2013 à 19:51
Mis à jour le 22/01/2013 à 20:08

Prise d'otages en Algérie : Belmokhtar interpelle la France 22/01


L’Algérie était-elle au courant d’une action terroriste à venir sur son territoire ? Dans une vidéo datant du 12 septembre 2012, le groupe islamiste auteur de la prise d'otages d'In Amenas lit un message destiné au gouvernement algérien : "Nous tiendrons pour responsable le gouvernement algérien en cas d'action contre nos frères du Nord Mali, ou s'il accepte le retour des colonialistes français au travers du Nord Mali", dit le message.

Deux mois plus tard, la police algérienne arrête 12 membres de ce groupe et saisit tout un arsenal destiné à fabriquer des engins explosifs. Elle découvre à cette occasion que cette cellule planifie des actes terroristes contre des installations pétrolières étrangères dans le sud de l'Algérie.

"Il y a eu négligence de l'Algérie"

Pourquoi dans ce cas, la sécurité de ses sites n'a-t-elle pas été renforcée ? C'est la question posée par un spécialiste du terrorisme, Jean-Charles Brisard. "Je crois qu’on peut dire qu’il y a eu une négligence de la part de ces services algériens, ou au moins une défaillance, parce qu’elles étaient au courant des projets de ce groupe et on constate que tout n’a pas été fait pour les déjouer", affirme-t-il.

Cette organisation islamiste avait déjà attaqué la compagnie Sonatrach en 2007 avec des lances-roquettes. Le président algérien a réclamé l'ouverture d'une enquête concernant l'échec sécuritaire ayant permis cette prise d'otage qui a fait au moins 38 morts.

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?