En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, le 15 avril avril 2014.
 

Pour la première fois, la Turquie, qui ne reconnait pas le génocide arménien, a présenté ses condoléances aux descendants des victimes des massacres de 1915.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • Xavier Nemo
    Xavier Nemo     

    Il ne s'agit pas de "Massacres" mais d'un génocide, c'est à dire de la "destruction systématique totale ou partielle d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux" : un crime contre l'humanité. En employant le terme "massacres", BFM promeut implicitement la thèse négationniste qui est la position officielle de la Turquie depuis 1915.
    Et cher "Foulon", les seuls historiens partagés sur la question sont principalement des historiens turcs "ultra". Il n'y a pas plus d’ambiguïté historique sur le génocide du peuple arménien de Turquie en 1915 que sur l'existence des chambres à gaz durant la deuxième guerre mondial. Toutes les archives des ambassadeurs étrangers présents en Turquie à l'époque le confirment (voire par exemple les archives suédoises ou américaines... entre autres milliers de témoignages et documents écrits et filmés, y compris du gouvernement turc) Le seul vrai débat historique sur la question concerne le nombre des victimes : entre 1 millions et 1 million et demi d'hommes, femmes, et enfants. Cela pour une raison simple : les églises qui abritaient les registres d'état civil ont quasiment toutes été brûlées. Souvent avec leurs paroissiens arméniens confinés à l'intérieur.

  • Foulon
    Foulon     

    Sur ce point aussi les historiens sont partagés. Il ne faut pas essayer d'imposer son point de vue par tous les moyens, mais rechercher les voies d'un dialogue. La Turquie et les turcs semblent disposés à l'instauration d'un dialogue afin d'arriver à une compréhension mutuelle.

  • Foulon
    Foulon     

    Sur ce point aussi les historiens sont partagés. Il ne faut pas essayer d'imposer son point de vue par tous les moyens, mais rechercher les voies d'un dialogue. La Turquie et les turcs semblent disposés à l'instauration d'un dialogue afin d'arriver à une compréhension mutuelle.

  • Pasdupe
    Pasdupe     

    Hypocrites ! Ce sont des excuses que ce malheureux peuple attend ! Ce serait la moindre des choses !

  • vic89
    vic89     

    En mettant en doute le nombre de victimes vous tenez un discours révisionniste qui relève du négationnisme! Car la minimisation du nombre du mort ou sa remise en question fait partie du processus négationniste!

  • melghaziguian
    melghaziguian     

    1,5 millions et pas seulement "selon les arméniens", mais également selon de très nombreux historiens!

  • Pimper
    Pimper     

    Bonjour, une chose me gêne beaucoup dans l'article, le "1.5 millions selon les Arméniens". Non, ce nombre est un fait historique. Tourner la phrase de cette façon revient à douter de la véracité de ce chiffre, c'est comme remettre en cause le nombre de morts pendant le génocide Juif.

Votre réponse
Postez un commentaire